Communiqués, convocations et invitations

Le projet ComposTable une initiative de développement durable

Saguenay, le 24 avril 2008 — Au terme de la première année complète d’opération du projet ComposTable, la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi, organisme dédié à la recherche et à l’application de projets de développement durable, est heureuse de présenter aujourd’hui son bilan. L’objectif visé étant de favoriser une meilleure gestion des matières résiduelles en récoltant et en valorisant les matières putrescibles des industries, commerces et institutions (ICI) de la Ville de Saguenay.

Dans le cadre du projet, une collecte spécifique des matières putrescibles (fruits et légumes défraîchis, résidus de table et de cuisine) a été implantée dans une vingtaine d’ICI de la Ville de Saguenay. Cette implantation a permis la récupération et la valorisation d’environ 615 tonnes de matières putrescibles en 2007 évitant ainsi l’émission de 713 tonnes de gaz à effet de serre. Appliqué à l’ensemble des commerces du genre à la Ville de Saguenay, le potentiel de ce projet est impressionnant : plus de 4 000 tonnes de matières putrescibles pourraient prendre, chaque année, la voie de la valorisation et ainsi éviter l’émission de 4 640 tonnes de CO2éq/année. Dans le plan de gestion des matières résiduelles de la Ville de Saguenay, le potentiel incluant les résidences est de 30 000 tonnes, ce qui représenterait des économies annuelles de près de 2 000 000 $ de frais d’enfouissement en plus d’éviter l’équivalent des émissions annuelles de 8 700 voitures.

Outre l’aspect environnemental et l’aspect économique, le projet ComposTable a aussi des répercussions sociales. En plus de représenter un avantage pour les propriétaires de commerce, il rejoint directement les employés, les invitant à adopter des comportements responsables et à servir d’ambassadeurs de développement durable dans la population. C’est dans la cuisine et à la desserte que le tri permettra d’isoler les matières valorisables des autres matières résiduelles, si un jour la Ville de Saguenay adopte la collecte à trois voies. Enfin, il permet à des entreprises régionales d’innover, ce qui améliore leur compétitivité.

Au cours de la dernière année, la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi a assuré la formation des employés chez les participants au projet, la sensibilisation du public et la récolte des données nécessaires afin de rédiger un rapport scientifique ainsi qu’un guide permettant l’application du projet ailleurs au Québec. Ce guide est disponible en français et en anglais sur le site de la Chaire et il a été produit grâce à une subvention de Développement économique Canada qui a soutenu le projet en 2007. Il a également permis de maintenir l’emploi d’un éco-conseiller et de deux valoristes, deux formations données uniquement dans la région. Selon Claude Villeneuve, professeur au Département des sciences fondamentales et titulaire de la Chaire « Le projet attire maintenant de nouveaux partenaires qui se joignent à la collecte. Celle-ci devrait dépasser 1 000 tonnes de matières putrescibles en 2008. La démonstration a été faite dans notre expérimentation du bien-fondé d’une telle cueillette, de sa viabilité économique comme de ses avantages environnementaux et sociaux. Il marque des points sur tous les indicateurs de développement durable et présente un exemple de l’implication de l’UQAC dans sa communauté. »

Ce projet a réuni, au-delà des commerçants générateurs de matières putrescibles, les Services sanitaires Rodrigue Bonneau inc. qui ont procédé à la collecte et Gazon Savard inc. chez qui les matières recueillies ont pu être valorisées à l’aide d’une nouvelle technologie développée en collaboration avec le Centre de recherche industrielle du Québec. Tout au long de la dernière année, les partenaires suivants ont contribué à la collecte de données et à l’évaluation de la phase expérimentale : Loblaws, IGA — Alimentation Yvon Haché, IGA — Robert Martin, Hôtel Chicoutimi, Hydro-Québec, Pacini, Corneau et Cantin, le Cégep de Jonquière, Abitibi-Bowater, Maxi, Maxi et cie et l’Université du Québec à Chicoutimi. Rappelons que la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi est en activité depuis novembre 2003. Elle a pour mission de formaliser et de créer de nouveaux savoirs propres à enrichir la formation des éco-conseillers ainsi qu’à rendre applicables les notions d’un développement durable pour les citoyens en général. Pour information : http://dsf.uqac.ca/eco-conseil

Le projet ComposTable a été rendu possible grâce à la participation financière de Développement économique Canada, Recyc-Québec et par les contributions en coûts évités des entreprises participantes.

– 30 –

Pour renseignements :
Claude Villeneuve
Titulaire — Chaire en éco-conseil
Téléphone : 545-5011, poste 5059

Source :
Céline L’Espérance
Technicienne en information
Téléphone : 545-5011, poste 2350

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *