Communiqués, convocations et invitations

Lancement d’un projet pilote pour assurer la crédibilité des crédits compensatoires découlant des projets de boisement

Saguenay, le 18 décembre 2008 — L’Association canadienne de normalisation (CSA)
et la Chaire de recherche et d’intervention en Éco-Conseil de l’Université du Québec à
Chicoutimi (UQAC) lancent aujourd’hui un projet pilote qui assurera la crédibilité des
crédits compensatoires découlant de projets de boisement en milieu boréal. L’initiative
vise à enregistrer au sein du Registre des GES ÉcoProjetsMD de CSA les absorptions
nettes de carbone découlant du boisement en milieu boréal effectuées dans le cadre du
programme de compensation Carbone boréal de l’UQAC.

Cette initiative permettra aux promoteurs de projets de boisement en milieu boréal de
s’inspirer d’une méthodologie rigoureuse tenant pleinement compte des risques
inhérents à ce type de projets, car de tels risques peuvent limiter les absorptions
escomptées durant le cycle de vie de la forêt. C’est en collaboration avec le ministère
des Ressources naturelles et de la Faune du Québec (MRNF) que les chercheurs de
l’UQAC procèderont au boisement de milieux boréaux du Québec réputés
improductifs. Les chercheurs quantifieront les absorptions nettes générées dans les
divers compartiments de l’écosystème lors de la croissance des arbres plantés ainsi que
les émissions, résultant des activités de recherches et de gestion des plantations en
adaptant des méthodologies approuvées pour ces types de projet au contexte boréal.
Pour offrir une assurance supplémentaire à la réalisation des absorptions escomptées,
le programme de compensation pourra compter sur des forêts de recherche déjà en
place en milieu boréal dans l’éventualité où une partie du boisement n’est pas en
mesure d’absorber les quantités prévues de CO2 durant sa croissance.

La norme ISO 14064-2 sera utilisée pour documenter le projet. La documentation sera
déposée au Registre des GES ÉcoProjetsMD de CSA. Cette documentation et la
méthodologie utilisée pour quantifier les absorptions de CO2 par le boisement de
milieux boréaux seront validées, par une tierce partie indépendante, en début de projet.
Le rapport de validation sera rendu public et sera disponible à travers le registre.

Les superficies nouvellement boisées seront enregistrées annuellement au registre et
seront soumises à des vérifications périodiques. Le Bureau de normalisation du Québec
(BNQ), un chef de file dans le domaine, sera chargé de ces vérifications. Les
absorptions attribuées au boisement seront traitées au même titre que des réductions
d’émissions vérifiées découlant d’autres projets. La Chaire en Éco-Conseil pourra
utiliser les crédits compensatoires générés par les projets de boisement pour financer
des bourses aux cycles supérieurs et des thématiques de recherche, qui se
développeront au cours de ses projets.

Un nombre croissant d’organisations au Canada sont à la recherche de crédits
compensatoires de haute qualité pour compenser certaines de leurs activités.

Selon Claude Villeneuve, Directeur de la Chaire en Éco-Conseil de l’UQAC, le travail
conjoint de la Chaire en Éco-Conseil et du Consortium de recherche sur la forêt
boréale commerciale sur le potentiel de mitigation des GES, lié au boisement de ces
territoires, est porteur de grands espoirs. « Nous avons en effet identifié, que dans une
approche de cycle de vie, le potentiel de séquestration (1) d’un hectare de plantation
d’épinettes noires pouvait dépasser 4 tonnes de CO2 par année sur une période de 70
ans. 1 000 000 ha seraient dénudés au sein de la portion centrale de la pessière à
mousses au Québec (Gaboury, 2008).(2) » Les recherches conduites à l’UQAC en
collaboration avec le MRNF permettront de préciser ce potentiel.

– 30 –

RENSEIGNEMENTS :
Claude Villeneuve
Directeur, Chaire de recherche en Éco-Conseil
Université du Québec à Chicoutimi
Téléphone : 418 545-5011, poste 5059
Courriel : claude_villeneuve@uqac.ca

SOURCES :

Association canadienne de normalisation
155 Queen Street, suite 1300
Ottawa, Ontario
Téléphone : 613 565-5151, poste 229
Télécopieur : 613 565-5743

Céline L’Espérance
Technicienne en information
Bureau des affaires publiques • UQAC
Téléphone : 418 545-5011, poste 2350
Courriel : celine_lesperance@uqac.ca

(1) La séquestration de GES est définie comme un Processus contribuant à augmenter la teneur en
carbone d’un bassin de carbone autre que l’atmosphère. Source : Dictionnaire du développement
durable, p. 208
(2) Gaboury, S., Boucher, J.-F., Villeneuve, C., Lord, D., Gagnon, R. 2008. Estimating the net carbon
balance of boreal open woodland afforestation : A case-study in Quebec’s closed-crown boreal
forest. Forest Ecology and Management. In Press.

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *