Honneurs

Élisabeth Kaine nommée au Cercle d’excellence de l’Université du Québec

Élisabeth Kaine, professeure-chercheuse en design et transmission culturelle au Département des arts et lettres de l’UQAC, a été nommée, en septembre dernier, au Cercle d’excellence de l’Université du Québec.

Élisabeth Kaine est l’une des rares chercheuses universitaires d’origine autochtone (Huronne-Wendate). Elle possède une longue expérience de direction de projets en partenariat avec les Premières Nations au Québec et au Brésil. Elle détient une expertise originale en pédagogie créative, elle travaille à l’intégration des savoir-faire traditionnels, à la réalité contemporaine par le développement d’approches participatives en conception et design autochtones, et ce, selon la méthodologie de recherche-action-création. La question de l’expression et de la transmission culturelle est sous-jacente à l’ensemble de ses projets.

Ses recherches universitaires portent, entre autres, sur l’élaboration d’un modèle applicable à l’enseignement, basé sur la complémentarité plutôt que sur l’opposition des approches artistiques et mécanistes.

Élisabeth Kaine est également fondatrice et directrice générale de La Boîte Rouge vif, depuis 1997. L’organisme sans but lucratif affilié à l’UQAC est voué à la valorisation des individus, des communautés et des cultures autochtones par le biais de la création en art et de la concertation communautaire. Ses actions visent l’empowerment par le développement et l’affirmation culturels, en développant les habiletés des créateurs autochtones pour qu’ils puissent déterminer eux-mêmes des éléments de leur représentation.

Soulignons que l’une des expositions pour laquelle Élisabeth Kaine a dirigé la démarche de concertation avec les 11 Nations autochtones et inuit du Québec, (C’est notre histoire. Premières Nations et Inuit du XXIe siècle) réalisée en collaboration avec le Musée de la Civilisation, a remporté le prestigieux Prix du Gouverneur général du Canada, volet Histoire pour l’excellence dans les musées. Le jury a alors qualifié de révolutionnaire la démarche collaborative appliquée.

Actuellement, Élisabeth mène un grand projet qui permettra aux communautés autochtones de se réapproprier des connaissances acquises depuis plus de 20 ans en recherche collaborative avec elles, les outils développés, autant pédagogiques que les œuvres et produits de transmission, soit l’ensemble des extrants relatifs aux différents projets de sa carrière feront l’objet d’un important dispositif de diffusion au sein des communautés autochtones participantes (plus de 22 communautés représentant les 11 Nations du Québec) et plus largement, dans un objectif de valorisation culturelle, vers les allochtones. Concrètement, ce projet prendra la forme d’une exposition itinérante mettant en parallèle des ateliers d’appropriation du matériel et des outils développés qui devraient être présentés à partir de l’automne 2016 dans le cadre d’une tournée des communautés.

Chaque année, dix membres du réseau sont nommés au Cercle d’excellence de l’Université du Québec par les dirigeants des établissements du réseau. Cette reconnaissance annuelle vise à souligner l’apport exceptionnel d’un de leurs membres qu’il soit professeur, chercheur, gestionnaire ou un autre membre du personnel.

Source :
Bureau des affaires publiques
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 2350 ▪ affaires_publiques@uqac.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *