Actualités

Lancement de la Chaire UNESCO en transmission culturelle chez les Premiers peuples comme dynamique de mieux-être et d’empowerment

UNE PREMIÈRE CHAIRE UNESCO AUTOCHTONE AU CANADA — UNE PREMIÈRE CHAIRE UNESCO À L’UQAC

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Saguenay, 23 mai 2018 – C’est en présence de monsieur Sébastien Goupil, secrétaire général de la Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO), ainsi que de plusieurs dignitaires que madame Nicole Bouchard, rectrice de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), a procédé au lancement officiel de la première Chaire UNESCO de l’UQAC intitulée « La transmission culturelle chez les Premiers peuples comme dynamique de mieux-être et d’empowerment ».

Ce projet découle de la volonté exprimée par le Réseau canadien des Chaires UNESCO de développer le secteur de la recherche autochtone. C’est dans ce contexte que Madame Élisabeth Kaine, professeure-chercheuse au Département des arts et lettres de l’UQAC, a été invitée à déposer un projet de Chaire. Spécialiste du développement de méthodologies créatives en travail collaboratif avec les Premières Nations, c’est dans le domaine de la transmission culturelle comme vecteur de mieux-être qu’elle a développé le projet avec l’aide de madame Constanza Camelo, également professeure-chercheuse au Département des arts et lettres et cotitulaire de la Chaire.

« Dès le début de ma carrière universitaire, j’ai orienté mes recherches et mon enseignement vers l’intégration de la parole et de la philosophie des peuples autochtones au corpus universitaire et sur le développement de méthodologies nous permettant de travailler ensemble. Notre nouvelle Chaire UNESCO devient le lieu d’expression par excellence pour la mise en pratique de cette pensée de recherche inclusive. »
– Élisabeth Kaine, cotitulaire

« Au cœur des projets de recherche de notre nouvelle Chaire UNESCO, nous viserons à créer une passerelle qui s’articule autour des enjeux exprimés par les Premiers peuples entre le nord et le sud des Amériques. Il s’agit de créer un dialogue intra et internations autochtones générateur de nouvelles synergies entre les Amériques. »
Constanza Camelo-Suarez, cotitulaire

Après une évaluation par les pairs menée au niveau canadien et une autre évaluation complétée par le siège de l’UNESCO, c’est avec fierté que cette première Chaire UNESCO autochtone au Canada est lancée aujourd’hui. Il s’agit de la première Chaire UNESCO à mettre en place une structure de gouvernance autochtone composée d’un comité de sages autochtones qui travaille sur les grandes orientations de la Chaire. La Chaire compte aussi un comité scientifique et un comité de gouvernance à parité autochtone. Une des cotitulaires est d’origine autochtone et tous les chercheurs seront invités à travailler avec un comité aviseur autochtone pour la conduite de la recherche dont ils sont responsables. Les peuples des Premières Nations du Québec, du Canada, de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud sont au cœur des travaux de cette Chaire, laquelle s’inscrit dans les grands objectifs stratégiques de l’UNESCO sur la protection de la diversité des expressions culturelles et les Objectifs de développement durable des Nations Unies.

« Nous sommes ravis d’accueillir cette nouvelle Chaire UNESCO dans notre Réseau canadien qui compte désormais 23 membres. Les Chaires UNESCO sont de véritables incubateurs d’excellence et d’innovation. Elles servent à bâtir des passerelles entre le monde universitaire et la société civile. Les travaux de cette nouvelle Chaire seront d’un intérêt tout particulier pour faire avancer la réconciliation et contribuer à l’Année internationale des langues autochtones qui sera célébrée en 2019.»
– Sébastien Goupil, secrétaire général de la Commission canadienne pour l’UNESCO

La Chaire UNESCO en transmission culturelle chez les Premiers peuples comme dynamique de mieux-être et d’empowerment a pour objectif de favoriser :

  • la promotion de rapport égalitaire entre les experts autochtones, les chercheurs non universitaires et les chercheurs universitaires favorisant les rapprochements interculturels ;
  • le développement des approches pratiques et théoriques innovantes à même les pratiques culturelles autochtones sur le terrain avec les communautés et les groupes autochtones ;
  • la stimulation d’une autodéfinition culturelle des communautés par elles-mêmes, participant à leur empowerment ;
  • l’élaboration de programmes de recherche avec ses partenaires autochtones, à partir de leurs préoccupations, besoins et idées, afin de répondre aux défis de demain et de motiver de nouvelles initiatives.

Elle se veut une chef de file dans l’intégration des pratiques interculturelles des savoirs autochtones au milieu de la recherche et de l’éducation supérieure en favorisant la mise à contribution de la communauté des étudiants autochtones.

LA CHAIRE ET SON RAYONNEMENT

Les travaux de recherche effectués au sein de la Chaire :

  • permettent une réflexion collective, croisant les regards sur la tradition et les défis contemporains des communautés, dans un mode d’autodéfinition et selon une vision endogène ;
  • favorisent les rencontres entre générations où les aînés, comme passeurs culturels, et les jeunes comme « brancheurs » médiatiques, fusionneront leurs savoir-faire dans une réflexion commune alliant créativité et expression identitaires, renforçant ainsi la légitimité des Anciens en tant que détenteurs de savoirs et des jeunes en tant que générateurs d’innovations ;
  • permettent le renforcement des liens entre la recherche et la réalité des Premières Nations et Inuit en ce qui concerne les transformations sociales et le pluralisme culturel pour un développement social inclusif et durable, source de mieux-être des collectivités ;
  • favorisent la génération de projets culturels novateurs créés par les communautés, selon leurs aspirations et priorités, « issus de » et « ancrés dans » leurs pratiques culturelles ;
  • favorisent la formation des étudiants autochtones aux pratiques de médiation/transmission et à la recherche et stimulent le leadership des jeunes autochtones par la valorisation de l’identité culturelle ;
  • favorisent une réflexion intra et internations autochtones génératrice de nouvelles synergies.

QUELQUES NOTES SUR LES COTITULAIRES

Élisabeth Kaine est d’ascendance huronne-wendat. Professeure à l’UQAC depuis 1990, elle est spécialiste du développement de méthodologies collaboratives pour l’autoreprésentation culturelle des autochtones. Elle a cofondé et dirigé La Boîte Rouge vif, OBNL dédié à la valorisation des cultures autochtones, et a reçu le Prix du gouverneur général du Canada en 2014 pour les méthodes de concertation que le groupe de recherche qu’elle dirige a développées.

Constanza Camelo-Suarez s’intéresse à la création, à la théorisation et à la diffusion de l’art contextuel et relationnel. Sa pratique artistique s’articule autour de l’élaboration de dispositifs performatifs et in situ. Elle a publié des textes qui interrogent la pratique de l’art action ainsi que les représentations de l’interculturalité et de la mobilité dans le milieu de l’art actuel. En tant que commissaire indépendante, Constanza Camelo-Suarez a organisé des rencontres théoriques et des échanges artistiques entre le Canada et l’Amérique latine. Elle fait également partie des chercheurs du Centre de recherches cultures-arts-sociétés (CÉLAT) et du Groupe de recherche sur la médiation culturelle (GRMC). 

À PROPOS DE LA COMMISSION CANADIENNE POUR L’UNESCO

La Commission canadienne pour l’UNESCO est le lien entre les Canadiennes et Canadiens et le travail essentiel de l’UNESCO – l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. En faisant la promotion des valeurs, des priorités et des programmes de l’UNESCO au Canada et en faisant connaître les experts canadiens sur la scène internationale, la Commission contribue à un avenir paisible, équitable et durable qui ne laisse personne pour compte.

– 30 –

Renseignements :
Josée Bourassa, agente d’information
Service des communications et des relations publiques
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 2431 | josee.bourassa@uqac.ca

 

 


 

News Release
For immediate release

 

Launch of the UNESCO Chair in the Transmission of First Peoples’ Culture to foster Well-Being and Empowerment
The first Indigenous UNESCO Chair in Canada – the first UNESCO Chair at UQAC

Saguenay, May 23, 2018 – The first UNESCO Chair at UQAC, titled “The Transmission of First Peoples’ Culture to foster Well-Being and Empowerment”, is being officially launched today by Nicole Bouchard, Rector of UQAC (Université du Québec à Chicoutimi), in the presence of Sébastien Goupil, Secretary-General of the Canadian Commission for UNESCO (CCUNESCO) and several other dignitaries.

This initiative stems from the wish of the Network of UNESCO Chairs in Canada to develop the Indigenous research sector. It was in this context that Élisabeth Kaine, a research professor in the UQAC Department of Arts and Literature, was asked to submit a proposal for a UNESCO Chair. Professor Kaine, a specialist in developing creative methodologies for collaborative projects with First Nations, then joined forces with Constanza Camelo, a research professor in the same department, as the Co-Chairholder to develop the proposal within the field of cultural transmission as a vehicle for well-being.

“From the start of my university career, the thrust of my research and teaching has been towards integrating the words and philosophy of Indigenous peoples into the university corpus as well as towards developing methodologies to help us work together. Our new UNESCO Chair is intended to become an ideal communication platform for putting this inclusive research concept into practice.”
– Élisabeth Kaine, Co-Chairholder

“The central research goal of our new UNESCO Chair is to serve as a bridge between North and South America by focusing on the issues expressed by the First Peoples. The aim is to create a dialogue within and among Indigenous nations that will produce new synergies between the two Americas.”
Constanza Camelo-Suarez, Co-Chairholder

Following an evaluation of the new UNESCO Chair proposal by peers across Canada, and another evaluation at UNESCO headquarters, this first Indigenous UNESCO Chair in Canada is being proudly launched today. This is the first UNESCO Chair to set up an Indigenous governance structure composed of a committee of Indigenous Elders to work on the Chair’s main research thrusts. One of the Co-Chairholders is of Indigenous origin, and all the researchers involved will be invited to have their research guided by an Indigenous advisory committee. The First Nations of Quebec, Canada, Central America and South America constitute the central focus of the Chair’s work, which dovetails with UNESCO’s major strategic objectives for protecting the diversity of cultural expressions and pursuing the United Nations Sustainable Development Goals (SDGs).

“We’re delighted to welcome this new UNESCO Chair into our Canadian network, which now consists of 23 members. UNESCO Chairs are true incubators of excellence and innovation. They help connect academia with civil society. The work of this new Chair will be particularly useful in advancing reconciliation and contributing to the International Year of Indigenous Languages to be celebrated in 2019.”
– Sébastien Goupil, Secretary-General of the Canadian Commission for UNESCO

The objectives of the UNESCO Chair in the Transmission of First Peoples’ Culture to foster Well-Being and Empowerment are to:

  • promote egalitarian relations among Indigenous experts, non-university researchers and university researchers who contribute to intercultural rapprochement;
  • develop innovative practical and theoretical approaches through the in-field use use of Indigenous cultural practices with Indigenous communities and groups;
  • stimulate cultural self-definition by Indigenous communities themselves through their participation in their own empowerment;
  • develop research programs with the Chair’s Indigenous partners based on their concerns, needs and ideas in order to address future challenges and generate new initiatives.

The goal of the Chair is to become a leader in introducing the intercultural practices of Indigenous knowledge into the research and higher education milieu by drawing on the community of Indigenous students.

THE CHAIR AND ITS IMPACT

The research carried out by the Chair will:

  • generate collective ideas through intersecting perspectives on Indigenous tradition and the contemporary challenges of Indigenous communities in a context of self-definition and endogenous vision;
  • encourage inter-generational encounters in which Elders as cultural transmitters and youth as media connectors will blend their respective expertise into a common reflection combining identity-affirming creativity and expression, thereby reinforcing the legitimacy of Elders as knowledge-keepers and young people as innovation-generators;
  • strengthen connections between research and the realities of the First Nations and the Inuit in terms of the social transformations and cultural pluralism required for inclusive and sustainable social development as a source of community well-being;
  • encourage the development of innovative cultural projects created by communities on the basis of their aspirations and priorities “stemming from” – and “grounded in” – their cultural practices;
  • encourage the training of Indigenous students in research and mediation/transmission practices, and inspire Indigenous youth leadership by appreciating and respecting their cultural identity;
  • encourage reflection within and between Indigenous nations that will produce new synergies.

A FEW NOTES ON THE CO-CHAIRHOLDERS

Élisabeth Kaine is of Huron-Wendat descent. She has been a UQAC professor since 1990, specializing in the development of collaborative methodologies to support Indigenous cultural self-representation. She co-founded and directed La Boîte Rouge vif, a not-for-profit organization dedicated to respecting and fostering Indigenous cultures; she received a Governor General of Canada award in 2014 for the collaborative methods that her research group developed.

Constanza Camelo-Suarez is interested in creating, disseminating and theorizing about contextual and relational art. Her artistic practice revolves around developing both performative and site-specific structures. She has published articles that explore the practice of action art as well as the representations of intercultural reality and mobility in the art actuel [new art] milieu. She has organized theory-focused meetings and artistic exchanges between Canada and Latin America. She is also a researcher member of CÉLAT (a research centre on interrelationships between culture, art and society) and GRMC (a research group on cultural mediation).

ABOUT THE CANADIAN COMMISSION FOR UNESCO

The Canadian Commission for UNESCO serves as a bridge between Canadians and the vital work of UNESCO – the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization. By promoting UNESCO values, priorities and programs in Canada and by bringing the voices of Canadian experts to the international stage, the Commission contributes to an inclusive, peaceful, equitable and sustainable future.

​- 30 –

Contact:
Josée Bourassa, Information Officer
Communications and Public Relations Section
UQAC (Université du Québec à Chicoutimi)
418-545-5011, ext. 2431 | josee.bourassa@uqac.ca

Le Service des communications et des relations publiques (SCRP) de l’UQAC planifie, coordonne et dirige les activités de communication de l’Université. Il voit à l’élaboration des moyens appropriés pour informer le public interne et externe des activités et programmes offerts par l’UQAC ainsi que de l’actualité universitaire. Il assume également la responsabilité des relations avec les médias.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *