Actualités

OUI au respect et à l’intégrité – NON au harcèlement et à la violence

Dans le cadre de la Rentrée 2018, votre comité institutionnel contre le harcèlement et la violence et votre association étudiante MAGE-UQAC vous adressent un message important.

En ces temps de rentrée universitaire, alors que tous se préparent à célébrer allègrement le retour à la vie scolaire, il est important de se rappeler certains principes de base afin que notre milieu universitaire demeure sain et sécuritaire et que tous se sentent respectés. Afin que le plaisir demeure et que les abus tombent, nous devons éviter toute forme de harcèlement et de violence.

Les violences à caractère sexuel, l’importance du consentement
Le CONSENTEMENT est un concept qui fait couler beaucoup d’encre depuis quelque temps et dont l’application reste pour certains un peu trouble. Néanmoins, tout particulièrement durant les activités d’intégration qui prendront place au courant des prochaines semaines, la notion de consentement – spécialement le consentement sexuel au sens de la loi – doit être comprise et appliquée par l’ensemble de la communauté universitaire.

« Une personne doit clairement communiquer son accord à l’activité sexuelle pour que son consentement soit valide. Elle peut le faire par ses paroles, son comportement ou les deux. Ce consentement sexuel doit être donné de façon volontaire, c’est-à-dire qu’il doit s’agir d’un choix libre et éclairé. Si une personne refuse de participer à une activité sexuelle avec une autre personne et qu’elle est forcée de le faire, c’est une agression. Personne n’a le droit d’imposer des relations sexuelles à une autre personne contre sa volonté. »

Source : harcelementsexuel.ca

De plus, le consentement sexuel n’est pas valide si :

  • la personne est intoxiquée par des drogues ou de l’alcool;
  • la personne est inconsciente ou dans un état de sommeil;
  • l’agresseur abuse d’une position de confiance ou d’autorité (professeur, entraîneur, employeur, etc.);
  • l’agresseur utilise l’intimidation ou les menaces pour obliger la personne à s’engager dans une activité sexuelle;
  • la personne change d’avis et dit non.

Sans consentement, il s’agit d’une agression punissable aux yeux de la loi et dont les peines sont régies par le Code criminel du Canada.

L’implication de tous est primordiale afin que ces principes soient appliqués et respectés. C’est pourquoi chaque personne doit être prête à devenir un témoin actif lors des événements, des partys, des classes, des réunions d’équipe : bref à tout moment.  Être un témoin actif c’est ne pas ignorer et ne pas tourner la tête, mais bien de réagir aux situations inacceptables et de les dénoncer. Qu’il s’agisse de réagir à un manque de respect, d’intervenir lorsqu’une situation s’envenime en attirant l’attention, d’éloigner une personne d’une situation en faisant diversion ou de communiquer avec les services d’urgence, le témoin actif a le pouvoir de prévenir d’éventuelles agressions et de s’assurer de la sécurité d’autrui. L’assistance à une personne en danger fait partie intégrante du Code civil du Québec et demeure une grande valeur sociale.

Pour dénoncer une situation d’agression sexuelle ou pour obtenir de l’aide à l’UQAC, la procédure suivante existe :

Si vous souhaitez obtenir davantage de renseignements sur le consentement, le témoignage actif, le processus de dénonciation ou tout autre aspect concernant la campagne Sans oui c’est non !, consultez le harcelementsexuel.ca.

Pour en savoir plus sur les ressources internes à l’UQAC, consultez la page du Comité contre le harcèlement et la violence à uqac.ca/harcelement.


De plus, pour dénoncer tout acte de violence, de harcèlement ou pour tout questionnement concernant une situation vécue ou dont vous avez été témoin, vous pouvez communiquer EN TOUTE CONFIDENTIALITÉ avec les personnes-ressources suivantes.

  • Matieu Duhaime (418 545-5011, poste 2309)
  • Odile Chouinard (418 545-5011, poste 2480)
  • Services aux étudiants (consultation psychosociale)
  • Bureau de réception des plaintes (Local H7-1160, Pavillon Alphonse Desjardins)
    • Marie-Josée Dupéré (418 545-5011, poste 3208)
    • Marie-Julie Potvin (418 545-5011, poste 5549)
  • Service de sécurité de l’UQAC (Pavillon principal, 418 545-5015)
  • Élodie Bordeaux – MAGE-UQAC (418 545-5011, poste 2024 ou pedagogie@mageuqac.com)
  • Programme d’aide aux employés (418 545-2032 ou 1 800 363-2030)

Pour des renseignements supplémentaires ou pour consulter la politique institutionnelle contre le harcèlement et la violence, nous vous invitons également à consulter le uqac.ca/harcelelement.

 Le comité institutionnel contre le harcèlement et la violence et le MAGE-UQAC vous souhaitent une excellente Rentrée 2018 empreinte de respect!

Le Service des communications et des relations publiques (SCRP) de l’UQAC planifie, coordonne et dirige les activités de communication de l’Université. Il voit à l’élaboration des moyens appropriés pour informer le public interne et externe des activités et programmes offerts par l’UQAC ainsi que de l’actualité universitaire. Il assume également la responsabilité des relations avec les médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *