MOYASU-shou-sugi-ban-6-15we

Des textures bois de longue durée

Le dernier Expo-Habitat de Chicoutimi m’a fourni l’occasion de mettre à niveau certaines nouveautés se rapportant au bois et de vous faire part de quelques trouvailles.

Le cèdre blanc d’Amérique

Une maison recouverte du revêtement BLU HOUSS © Juste du Pin
Une maison recouverte du revêtement BLU HOUSS
© Juste du Pin

L’entreprise Juste du Pin fondée en 2009 à St-Roch-de-l’Achigan, distribue de la planche de cèdre blanc d’Amérique aux dimension de 1’’x4’’x12’ sous l’appellation BLU HOUSS avec l’aspect vieilli obtenu par une peinture grise qui reproduit momentanément la patine bien connue du bois. Celle-ci va disparaître au fil des ans au profit de la véritable couleur argentée. La réputation du cèdre blanc s’est d’abord construite en Nouvelle-Angleterre. Il a bien résisté à l’air marin et humide de la côte Est de l’Atlantique et nos colons l’ont utilisé pour les pieux de clôture. L’avantage du cèdre blanc est sa proverbiale longévité centenaire sans traitement particulier grâce aux propriétés intrinsèques de l’espèce.

La garantie du manufacturier est de 50 ans sans entretien et je crois que c’est tout à fait envisageable pour des bâtiments publics. Le coût est aussi abordable se situant entre quatre et cinq dollars du pied carré selon la quantité désirée.

Bois de grange

© Vieux Bois Inc.
© Vieux Bois Inc.

Pour revenir sur le bois de grange, dont j’ai parlé dans un article précédent, l’entreprise Vieux Bois de La Conception offre le plus grand inventaire de bois de grange au Québec. Chaque planche est soigneusement déclouée, nettoyée, classée selon la couleur, l’âge, l’essence et les dimensions. Le prix est quand même élevé à douze dollars le pied pour la planche et on ne parle pas de la provenance du matériau qui, selon eux, respecte le patrimoine et constitue de savantes récupérations qui vont donner une seconde vie à ce vénérable matériau. Des poutres et poteaux récupérés sont également disponibles

Bois d’œuvre de grande dimension

J’ai pris contact avec François Girard CFG Authentique qui possède une scierie de bois de grande dimension (jusqu’à 26 pieds de longueur). La scierie se spécialise, depuis 2013, dans la coupe de bois non standard ou sur mesure, en utilisant les essences d’épinette noire et de peuplier faux-tremble. Il donne un travail de grande précision avec les bois du nord qui sont connus pour leur fibre de haute densité. Il possède aussi de grandes poutres séchées et prêtes pour la construction dans des dimensions variées.

Les poutres de grandes dimensions donnent une apparence spectaculaire à ce toit de charpente.  © Boréale Innovation
Les poutres de grandes dimensions donnent une apparence spectaculaire à ce toit de charpente.
© Boréale Innovation

De jeunes entreprises de construction préfabriquée, comme Boréal Innovation de Ste-Monique, se servent des poutres de CFG pour leurs constructions. La disponibilité du bois de CFG permet de réaliser des ensembles autrement complexes dans le respect des échéanciers.

Usinex a utilisé également des poutres et poteaux de grandes dimensions pour une résidence apparaissant dans leur publicité ainsi qu’un escalier avec mezzanine. Les poutres de bois sont utilisées le plus souvent pour des effets décoratifs et pour ajouter du caractère aux résidences. Les demandes des clients évoluent de plus en plus vers les plafonds de bois de charpente et la firme s’y conforme adroitement en augmentant graduellement les surfaces de ce genre.

Bonneville, aussi présente à l’Expo, offre de son côté trois modèles de résidences préfabriquées, construites avec des membrures structurales en bois lamellé provenant de Chantier Chibougamau. L’une d’elles, vendue à plusieurs exemplaires depuis 2013, est en montre à Chicoutimi sur le boulevard Talbot.

Shou Sugi Ban

Caserne de pompier 76, Gresham (Orégon) Photo de Josh Partee via Architect Magazine
Caserne de pompier 76, Gresham (Orégon)
Photo de Josh Partee via Architect Magazine

C’est une ancienne technique provenant du Japon, et auparavant des Aztèques, qui permet de conserver le bois durant 80 ans sans traitement additionnel, en plus de le protéger du feu. Elle consiste à brûler la surface du bois avec une torche de couvreur pendant quelques minutes jusqu’à ce que le bois noircisse sur 2 ou 3 millimètres d’épaisseur. La surface calcinée du bois est ensuite brossée pour enlever la suie, puis enduite d’une huile végétale jusqu’à saturation pour protéger le résultat. L’effet est saisissant et il protège le bois contre la carie, les moisissures et les insectes.

Voici une démonstration de cette technique traditionnelle.

Il ne semble malheureusement pas exister de distributeurs de bois traité selon cette technique sur le marché nord-américain. Selon la revue Wood Design Building, la firme d’architectes américaine Hennebery Eddy Architects a dû spécialement en usiner à partir de vieux bois de grange de sapin Douglass pour le revêtement de la caserne de pompier 76 de Gresham en Orégon.

La vision du fini noir et raviné du revêtement visiblement incendié a une grande signification symbolique sur les façades de la caserne. La couleur noire du revêtement rebute de moins en moins de personnes et l’utilisation parcimonieuse des surfaces avec d’autres matériaux va sûrement servir d’exemple aux architectes et aux constructeurs d’habitation soucieux de présenter des modèles écologiques, et par surcroit d’un grand chic.

© Alain Laforest Centrale hydroélectrique de Val-Jalbert
Le revêtement en bois de la centrale électrique de Val-Jalbert a été traité avec le produit Lifetime. 
© Alain Laforest

Enfin, l’Expo m’a permis de rencontrer quelques jeunes exposants comme Les Ateliers Bois de Fer de Petit-Saguenay, qui unissent le savoir-faire d’ébénistes et de soudeurs pour fabriquer des meubles ahurissants, et Moulures SMDT de La Baie, qui impressionnent par la qualité de leurs présentations. Ces derniers ne produisent pas seulement des moulures mais aussi de grandes poutres, des déclins et des commandes spéciales pour l’industrie ou les architectes. Ils possèdent un séchoir et utilisent par exemple le traitement écologique Lifetime pour la préservation du bois et des huiles naturelles.

L’auteur ne reçoit aucun bénéfice des entreprises mentionnées et partage ici son appréciation personnelle de leurs produits.

Partagez!Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *