Quai d'escale - La Baie

Le bois au centre-ville de La Baie

À titre de collaborateur du Réseau Espace-bois, il me fait plaisir d’aborder ce premier sujet, à savoir l’utilisation du bois au centre-ville de La Baie.

Comme plusieurs grandes villes du monde affublées d’un port de mer à caractère industriel en plein centre-ville, Ville de La Baie a subi une transformation majeure par sa nouvelle vocation touristique nécessitant des installations d’accueil et de services dignes de ses habitants.

Pour y arriver, les architectes Alain Voyer pour le Terminal de croisières et Carl Hovington des Maître  D’œuvres pour L’Agora , le Magasin Général et le Bistrot Victoria, ont fait usage du bois lamellé-collé, de divers revêtements de bois et du CLT ou bois lamellé-croisé.

Le Terminal de croisières

Terminal de croisière - La Baie
Photo de Paul-Henri Callens © CESAM

D’une superficie au sol de 1175 mètres carrés, le centre du bâtiment en bois présente une structure de colonnes courbes résolument affirmatives, rappelant une vague déferlante, qui interpelle fièrement le visiteur provenant des bateaux comme ceux qui la voient de profil. Ses toitures latérales, aussi courbes en acier, adoucissent l’élévation presqu’exubérante de la structure de bois de 12 mètres de portée produite par Goodfellow, à partir de pièces de 2X3’’ à 2X12’’lamellées collées.

Depuis 2009, il caractérise les lieux autant que l’imposant quai lui-même et contribue certainement à la perception favorable de l’accueil touristique témoigné par les visiteurs internationaux.

Son revêtement de bardeaux de cèdre de l’est contribue à l’aspect maritime des lieux comme les hublots dessinés sur les surfaces métalliques.

Quai d'escale - La Baie
Photo de Paul-Henri Callens © CESAM

L’Agora

Dominé par la scène de 40X60 pieds en bois lamellé de Nordic, cet agora établit un clin d’oeil entre la modernité du pavillon principal et les nouveaux bâtiments de services composés de magasins, restaurants et boutiques qui respectent le caractère patrimonial du centre-ville particulièrement sur la rue Victoria.

L'Agora de La Baie
Photo de Paul-Henri Callens © CESAM

Au-delà des imposantes arches de bois, on remarque par le bois apparent du plafond, l’utilisation de panneaux en CLT qui constitue la toiture en toute simplicité. Il n’existe en effet pas de toiture plus mince en proportion de sa superficie. Même les voiles minces en béton armé n’y arrivent pas en raison de leur poids cinq fois supérieur.

Le Magasin général et les boutiques

Le traitement architectural des bâtiments jouxtant la place publique témoigne d’un heureux mimétisme envers l’environnement bâti à proximité.   

Centre ville de La Baie
Photo de Paul-Henri Callens © CESAM

Ce souci d’intégration est présent lorsqu’on regarde les plans inclinés des toitures en mansarde qui reproduisent le cachet des résidences Tremblay Picotté juste en face. Tel que souhaité par le concepteur, le visiteur se demande s’il s’agit de rénovations d’un quartier ancien et n’arrive pas à croire à des bâtiments neufs. Comme à Mont-Tremblant, le traitement architectural des boutiques par le morcellement des façades laisse penser que plusieurs propriétaires différents ont occupé les lieux à différents moments, confondant  l’époque de construction et conférant ainsi une seigneurité au lieu.

L’utilisation de plusieurs matériaux dont plusieurs types de déclins de bois produits par Maibec ajoute à cette perception. Plus près du Terminal, le bistrot Victoria avec le porche voisin sont recouverts d’une bonne proportion de bois dans un traitement plus contemporain.

O’Gelato & Cacao

O'Gelato & Cacao, La Baie
Photo de Paul-Henri Callens © CESAM

Remarquable sur la rue Victoria, la boutique O’Gelato&Cacao constitue un exemple de restauration respectueuse de la résidence construite en 1845 qui conserve ses revêtements d’origine mais qui a du revoir toute sa structure désuète de poteaux en rondin pour des poutres en lamellé collé de Nordic et des colonnes en bois 8X8.  

À l’intérieur, on décèle une honnêteté vis-à-vis des détails architecturaux de l’époque en rapport avec la trame de fenestration.

Tout près, de magnifiques résidences d’époque contiennent parfois des activités commerciales comme le restaurant Opia, des bistrots et des boutiques.  Il est connu que beaucoup de commerçants voudraient maintenant s’y installer en raison de la qualité des restaurations.

Finalement, les réalisations fortement habillées et constituées de bois du nouveau centre-ville impriment un nouveau caractère à ce lieu historique, tout en offrant une continuité respectueuse du bâti ancestral.

Partagez!Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *