20170926_150927

Le bois remplace lentement l’acier

Entre 2006 et 2016, les parts de marché du bois dans la construction sont passées de 15 % à 28 %, selon une enquête réalisée pour le Centre d’expertise sur la construction commerciale en bois (Cecobois). Son directeur, Gérald Beaulieu, en est convaincu : ce matériau s’impose de plus en plus dans la construction au Québec.

« Il y a plus de 40 % des architectes qui ont l’intention, dans la prochaine année ou dans les prochaines années, d’utiliser du bois », explique-t-il.

Continuer la lecture →

Partagez!Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

2 réflexions sur “ Le bois remplace lentement l’acier ”

  1. Bonjour, vu de France, le bois avance également et gagne des parts de marchés dans la construction. Cela dit, l’idée qu’il remplace – même lentement – l’acier où le béton n’est pas exactement l’objectif. Le bois là où il le faut, là où il est le meilleur et là apporte une vrai valeur ajoutée environnementale aux ouvrages est plutôt la ligne stratégique qui s’inscrit dans la mixité des matériaux plutôt que dans l’opposition des systèmes constructifs. Je vous recommande cet article qui résume bien la prudence française et qui souligne le chemin qui reste à parcourir avant que le bois apparaisse comme une alternative aux constructions (de moyenne et grande hauteur et supérieures à R+5) acier et béton notamment sur le plan règlementaire : http://bit.ly/2IsyNS5

  2. Bonjour, vu de France, le bois avance également et gagne des parts de marchés dans la construction. Cela dit, l’idée qu’il remplace – même lentement – l’acier où le béton n’est pas exactement l’objectif. Le bois là où il le faut, là où il est le meilleur et là où il apporte une vraie valeur ajoutée environnementale aux ouvrages est plutôt la ligne stratégique qui s’inscrit dans la mixité des matériaux plutôt que dans l’opposition des systèmes constructifs. Je vous recommande cet article qui résume bien la prudence française et qui souligne le chemin qui reste à parcourir avant que le bois apparaisse comme une alternative aux constructions (de moyenne et grande hauteur et supérieures à R+5) acier et béton notamment sur le plan règlementaire : http://bit.ly/2IsyNS5

Répondre à JACOB Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *