André Beucler et Pierre Bost. Correspondance (1925-1975)
Édition établie, annotée et présentée par François Ouellet

Correspondance André et Natacha Beucler – Pierre et Odette Bost. 1925-1975, 286 p.

André Beucler et Pierre Bost se sont rencontrés pour la première fois dans les bureaux des éditions Gallimard à l’automne 1924. Entre les deux écrivains, parmi les plus remarquables de ceux nés vers 1900, se noue rapidement une amitié toujours plus vive avec les années, qui ne prendra fin qu’avec la disparition de Bost […]

Lire la suite


Pierre Bost. Prétextat
Préface de François Ouellet

La Thébaïde, Coll. « L’esprit des lieux », 2021, 142. p. 

Publié initialement en 1925, Prétextat est un roman pour les vacances, dont le sujet est précisément un groupe de Parisiens venus passer les plus beaux mois de l’été dans la villa normande qu’ils ont louée. Bost en a puisé le sujet dans une mésaventure survenue à ses parents deux ans plus tôt. Mais Bost, dans son […]

Lire la suite


André Thérive. Anna
Préface de François Ouellet

La Thébaïde, coll. « L’Esprit du peuple », 2020, 250 p.

Anna rend visite au sergent Édouard Chatiran, son mari, parti en manœuvres.  Son retour, émaillé de péripéties, bouleverse la médiocrité de son quotidien. Dès lors, rien ne sera plus pareil : sa petite vie de ménagère prend des allures chimériques jusqu’à sa défenestration. Veuf, Édouard cherche à échapper au souvenir qui le hante en partant pour […]

Lire la suite


Henriette Valet, Madame 60 bis
Préface de François Ouellet

L’Arbre vengeur, coll. « Inconnues », 2019, 229 p.

Quelques jours de la vie d’une femme sur le point d’accoucher à l’Hôtel-Dieu de Paris au milieu des misérables, des abandonnées, des nécessiteuses de toutes nationalités qui n’ont droit qu’à un numéro et à la vague compassion de bourgeoises venues faire leur bonne action. Confidences ou vacheries, petitesses et héroïsme invisible, ce sont les échos d’une souffrance morale […]

Lire la suite


Emmanuel Bove, Un homme qui savait
Préface de François Ouellet

La Table ronde, coll. « La Petite vermillon », 2017, 212 p.

Comédien ou malade, paumé ou escroc, qui est vraiment Maurice Lesca ? Il vit avec sa sœur Emily dans un petit appartement de la rue de Rivoli. Il a cinquante-sept ans, c’est un ancien médecin. Il est très pauvre. Il mène une vie larvaire, en apparence, mais on se trompe peut-être sur le compte de […]

Lire la suite


Emmanuel Bove, La Coalition
Préface de François Ouellet

L’Arbre vengeur, 2017, 336 p. 

Louise Aftalion et son fils Nicolas reviennent à Paris. Veuve d’un perdant venu de loin pour échouer, mère d’un garçon sans vergogne qui ne la quitte pas et entretient ses dernières illusions, elle espère renouer avec sa famille et remédier à la gêne qu’elle sent poindre. Mais la faible compassion des uns conjuguée à l’insoutenable inconséquence du duo va vite contribuer à […]

Lire la suite


Léon Lemonnier, Manifeste du roman populiste et autres textes
Édition établie par François Ouellet

La Thébaïde, 2017, 186 p. 

« Le mot populiste doit naturellement être pris dans un sens large. Nous voulons peindre le peuple, mais nous avons surtout l’ambition d’étudier attentivement la réalité », écrivait Léon Lemonnier dans son manifeste, publié en janvier 1930. Le Manifeste du roman populiste a été un fait saillant de la vie littéraire de l’entre-deux-guerres. On peut le découvrir à ce titre, pour peu […]

Lire la suite


Patrick Guay, Jacques Spitz, le mythe humain
Avant-propos de Natacha Vas Deyres
Préface de François Ouellet

Presses Universitaires de Bordeaux, 2016, 190 p.

Qui était Jacques Spitz (1896-1963) ? D’où vient le discrédit jeté par l’écrivain sur sa propre production romanesque ? L’œuvre et la personne du « père égaré » de la science-fiction française restent trop largement méconnues. Voici enfin quelques réponses à nos questions. Appuyé sur un rigoureux travail de dépouillement et de recherche, Jacques Spitz, le mythe de l’humain ouvre […]

Lire la suite


Pierre Bost, La matière d’un grand art. Écrits sur le cinéma des années 1930
Recueil d’articles inédits recueillis, présentés et annotés par François Ouellet
Préface de Bertrand Tavernier

couv Bost cinŽma (Page 1)

La Thébaïde, 2016, 400 p.

Les quatre-vingts articles de ce recueil, parus dans Les Annales politiques et littéraires et dans Vendredi, donnent la vision de Bost du cinéma des années 1930, au moment où ce dernier devient une composante majeure de la culture de masse. Bost souhaite que le septième art devienne un grand art, tout court.

L’ouvrage est divisé en trois parties. Les trente-sept articles […]

Lire la suite


François Fosca, Monsieur Quatorze
Préface de François Ouellet

monsieur-quatorze

Infolio, coll. « Microméga », 2014, 247 p.

Monsieur Quatorze, publié pour la première fois aux éditions Grasset en 1923, est une parodie du roman d’aventures et un hommage à Balzac, dont il continue l’« Histoire des treize ». Nous sommes en 1831. Quelques-uns des Treize veulent enlever le petit-fils de Louis XVI, prisonnier dans une île italienne, et le mettre sur le trône de France. Pierre- […]

Lire la suite


Pierre Bost, Flots d’encre et flots de miel
Recueil d’articles littéraires inédits recueillis, présentés et annotés par François Ouellet

Flots d'encre

La Thébaïde, 2013, 252 p.

Ces articles inédits ont paru majoritairement dans Les Nouvelles littéraires, Marianne et Vendredi. Journaliste, Bost s’intéresse à tous les aspects de la littérature, aux écrits comme à tout ce qui constitue le monde littéraire. Il discute aussi bien des relations entre l’auteur et son éditeur que des prix littéraires, souligne le devoir des descendants envers l’œuvre des grands écrivains ou […]

Lire la suite


Pierre Bost, Faillite
Préface de François Ouellet

Faillite Couv (Page 1)

La Thébaïde, 2013, 207 p.

Ce roman, dont l’édition originale date de 1928, est l’un des plus émouvants de Pierre Bost. Il est ce que Bost appelle un « vrai livre », qui appartient au registre du « grave ». Le personnage central de Brugnon est un homme d’âge mûr qui est une sorte d’homme pressé, l’homme de son siècle. « Siècle des moteurs, siècle des machines, […]

Lire la suite


Paul Nizan, Essais à la troisième personne
Préface d’Anne Mathieu et François Ouellet, appareil critique d’Anne Mathieu

Essais troisieme personne

Le Temps des cerises, 2012, 133 p.

« Essais à la troisième personne est un roman de transition entre la vie avant et après le séjour à Aden. Ainsi nombre de thématiques esquissées dans ce roman préfigurent Aden Arabie, et parfois également certains des écrits de Nizan du début des années 1930. […] Bien entendu, nous songeons immédiatement au “Tout menace de ruine un jeune homme” […]

Lire la suite


René Laporte, Hôtel de la solitude
Préface de François Ouellet

Hotel de la solitude

Le Dilettante, 2012, 125 p.

Avoir la tête ailleurs, condition, dit-on, de toute poésie, mais fatale, parfois, aux poètes. Dont acte avec le Toulousain René Laporte (1905-1954), fauché par une voiture en plein Paris et que le Dilettante arrache aujourd’hui au « charnier des recalés de l’histoire littéraire », rééditant avec une préface de François Ouellet son Hôtel de la solitude paru chez Julliard en 1944. D’origine […]

Lire la suite


Pierre Bost, Un an dans le tiroir
Préface de François Ouellet

un an dans le tiroir

Le Dilettante, 2010, 125 p.

Première publication chez Gallimard dans la collection Les Essais en 1945.

Entre le 19 juin 1940 et le 30 juin 1941, Pierre Bost est sous clé en Allemagne orientale, à Königsberg, dans un stalag morne et méchant. Période nue, âpre, qu’adoucit néanmoins son statut de responsable à l’ « École » du camp ; position qui lui évite les kommandos de travailleurs […]

Lire la suite


Roger de Lafforest, Les figurants de la mort
Préface de François Ouellet

Figurants de la mort

L’Arbre vengeur, 2009, 251 p.

Réédition de ce roman parue aux éditions Grasset en 1939.

« Oppressé entre deux infinis, le temps et l’espace, pour se rassurer, pour se prouver à lui-même qu’il est libre de déplacer ses horizons, l’Homme veut bouger, voyager. Ce désir d’agitation, qui peut paraître dérisoire au philosophe, qui ne procure en fin de compte que déboire et écœurement, est pourtant si fort […]

Lire la suite


Pierre Bost, Porte-Malheur
Préface de François Ouellet
Suivi de « Bertrand Tavernier se souvient de Pierre Bost »

Porte Malheur

Le Dilettante, 2009, 159 p.

Mais si, faites un effort, Bost ! Aurenchébost ! Les scénaristes de Douce, La traversée de Paris, L’auberge rouge, les Castor et Pollux de la qualité française, lapidés de bouses sèches par la Nouvelle Vague et restaurés par Tavernier (voir la  postface) dans L’horloger de Saint Paul. C’est de ce Bost-là qu’il s’agit ; pas son frère, Jacques Laurent, dit «  […]

Lire la suite


Emmanuel Bove, Armand
Préface de François Ouellet

Bove Armand

Nota bene, coll. « NB poche », 2007, 182 p.

Publié en 1926, Armand est l’un des romans les plus étonnants de la modernité de l’entre-deux-guerres. À la suite du succès de Mes amis, premier roman d’Emmanuel bove, Armand venait confirmer les dons exceptionnels du romancier pour la qualité de l’observation psychologique et la finesse avec laquelle il sait débusquer les tensions et les rivalités sous […]

Lire la suite


Emmanuel Bove, Mes amis
Préface de François Ouellet

Bove mes amis

Nota bene, coll. « NB poche », 2002, 172 p.

Mes amis (publié pour la première fois en 1924 aux éditions Ferenczi) est le premier roman d’Emmanuel Bove (1898-1945), né à paris d’un père russe. Le roman connut un succès enviable au moment de sa parution, avant de tomber dans l’oubli avec son auteur, mort prématurément en 1945. Aujourd’hui traduit en plusieurs langues, Mes amis est non […]

Lire la suite


Daniel Poliquin, Nouvelles
Préface de François Ouellet

Poliquin nouvelles

Le Nordir, coll. « BCF », 2001, 277 p.

Voici rassemblées en un seul livre toutes les nouvelles de Daniel Poliquin. On y découvre un univers hétéroclite, tout en nuances, où l’identité devient multiforme.

Depuis ses débuts, en 1982, Daniel Poliquin construit une œuvre narrative de première force. L’œuvre est portée par de puissantes qualités d’écriture (les dons du conteur, l’habileté à camper les personnages, la finesse […]

Lire la suite