André Thérive. Anna
Préface de François Ouellet

La Thébaïde, coll. « L’Esprit du peuple », 2020, 250 p.

Anna rend visite au sergent Édouard Chatiran, son mari, parti en manœuvres.  Son retour, émaillé de péripéties, bouleverse la médiocrité de son quotidien. Dès lors, rien ne sera plus pareil : sa petite vie de ménagère prend des allures chimériques jusqu’à sa défenestration. Veuf, Édouard cherche à échapper au souvenir qui le hante en partant pour l’Afrique du Nord. Il y trouvera son destin.

Dans ce roman populiste, les Chatiran sont victimes, l’un après l’autre, des jeux de l’amour et du hasard. André Thérive, romancier majeur de l’entre-deux-guerres, façonne une histoire se suffisant à elle-même, à ras d’observation et d’un réalisme acéré, où il a cherché, à l’instar de Maupassant, à peindre « l’humble vérité ».