Archives pour la catégorie Exposition

Confondre l’ordinaire III

confondre

La Galerie L’Œuvre de L’Autre présente

Du 11 mars au 15 avril 2020

Gabrielle Boucher

Confondre l’ordinaire III

Vernissage le mercredi

11 mars à 17h

L’exposition de Gabrielle Boucher rassemble des objets ordinaires, des objets qui apparaissent à priori sans intérêt. C’est à travers ses œuvres que ceux-ci portent un nouveau discours, qu’ils existent autrement. L’imaginaire s’empare de l’habitude, l’incohérence chevauche le connu. Minutieusement incrustés dans un tableau, sous forme de sculpture ou d’installation, les objets laissent de côté leurs fonctions premières pour en évoquer d’autres plus poétiques et font ressurgir certains détails de notre environnement quotidien, des questionnements, des comportements ou des souvenirs familiers. Dans son travail, Gabrielle explore les limites de l’objet sans pour autant renier leur essence. Par les moyens les plus simples, elle désire amener le regardeur à rêver tout en découvrant l’image d’une réalité.

 Gabrielle détient une maîtrise en arts visuels de l’Université du Québec à Chicoutimi. Lors de ses études, elle réalise un stage dans un centre d’art à Barcelone et elle reçoit plusieurs bourses d’excellence. En 2015, elle met sur pied sa première exposition individuelle à Langage Plus. En 2016, elle reçoit la mention Coup de cœur du public lors de la Foire en art actuel de Québec. Depuis, elle présente des expositions solos à Québec, en Gaspésie et à Montréal. Gabrielle vit et travaille dans la région de Portneuf.

www.gabrielleboucher.ca

Gabrielle Boucher a été désignée par La Fabrique Culturelle comme une des 22 artistes d’ici qu’il faut connaître à tout prix. https://www.lafabriqueculturelle.tv/dossiers/6233/vingt-artistes-dici-quil-faut-connaitre-a-tout-prix/?fbclid=IwAR3OsmUgfJJDR-js1nJeOJJXQKPrZyVlQOKKzxmsZlRFq6Al79KDqbYSV_8

L’anti-festival

1

L’ANTI-FESTIVAL

Du 19 février 2020 au 27 février (en Galerie)
Vernissage mercredi le 19 février à 17h

La Galerie L’Œuvre de l’Autre se joint à L’ANTI-FESTIVAL pour la présentation la présentation des œuvres de Marceli Fleming, Marie Pierre Gagnon, Naomie St-Pierre et Florence Verreault poursuivi par une projection de quatre courts-métrages dans le Petit Théâtre de l’UQAC.

Pour terminer cette soirée, une représentation théâtrale par l’une des finissantes, Marie Brisson.  L’ANTI-FESTIVAL ne se termine pas après une seule soirée, les festivités vont perdurer jusqu’au 28 février avec la présentation de trois pièces de théâtre. L’année 2020 sera pour les finissant·e·s en arts de l’UQAC l’aboutissement de quelque chose de grandiose et nous souhaitons vous inviter à vivre pleinement notre joie avec eux, rien de moins.
Consultez la page Facebook de l’événement :  https://www.facebook.com/events/659400401469162/

Carton_Pointderencontre-1

Point de rencontre

Laurie Girard et Émili Dufour

Du 15 janvier au 12 février 2020

Vernissage le 15 janvier à 17h

L‘Œuvre de L’Autre aime provoquer des rencontres entre des artistes qui n’auraient pas naturellement collaboré ensemble.  Ainsi, pour débuter la nouvelle saison et amorcer la nouvelle décennie, La Galerie propose un Point de Rencontre entre Laurie Girard et Émili Dufour. Toutes deux dessinatrices, l’une évoque le motif et la répétition, l’autre suggère des éléments qui nous rapprochent de la nature de l’humain. Elles nous parlent toutes deux de ce monde qui se transforme, qui nous échappe peut-être?

Laurie Girard :«Ma pratique en art visuel se manifeste principalement par la rencontre du dessin traditionnel et des procédés numériques actuels. Par la répétition, l’addition et la soustraction de motifs « fait main » numérisés et de textures virtuelles, je réalise des ensembles graphiques complexes qui résultent de l’accumulation de gestes qui rappellent ceux d’une machine. Je manipule les images par couches successives, comme des cellules qui prennent vie et qui se multiplient pour ensuite se fondre et se métamorphoser en une réalité nouvelle. Les motifs que je crée sur mesure découlent d’éléments souvent réels, comme des gens ou des objets, ou encore de formes abstraites et de concepts virtuels. Je m’intéresse aux lignes qui proviennent du paysage, des lieux communs, de l’architecture et de la nature. Largement inspirée par les dictas et contradictions du quotidien, j’agence ces motifs dans le but de manipuler une forme indisciplinée, un chaos qui illustre un besoin de maitriser la perte de contrôle ressentie face aux limites que nous nous créons dans la vie de tous les jours. Ainsi, je veux délier ce sentiment de contrôle en un geste méditatif; voir le chaos comme un tout, engendré par un besoin d’organisation, de restructuration dans un monde en constante mutation.»

Originaire de Chicoutimi, Laurie Girard a fait ses études en arts dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, au Collège d’Alma (ATI) puis à l’UQAC; notamment diplômée au Baccalauréat interdisciplinaire en arts, où elle a exploré les arts numériques. Elle a diffusé son travail visuel à plusieurs reprises au centre d’artistes Le Lobe, au Centre Bang, au Centre SAGAMIE et à Langage Plus. De plus, elle s’implique dans le milieu des arts graphiques et à la création littéraire au Saguenay et à Montréal. Dernièrement, elle a présenté ses œuvres en exposition solo à Matane, à la bibliothèque de Chicoutimi ainsi qu’au Centre des arts et de la culture de Chicoutimi.

 

Émili Dufour :«J’élabore mes réflexions sur l’humain, son intériorité et son environnement principalement à travers le dessin et la peinture. À la manière du collage, j’assemble divers éléments suggestifs faisant état d’appréhensions passagères ou soutenues. Je leur soutire les lignes et les dessine au milieu de paysage indéfini composant ainsi des scènes de genre ambigües. L’humain et la nature sont ainsi représentés en des bribes d’analogies relationnelles.»

Émili Dufour détient une maîtrise ainsi qu’un baccalauréat interdisciplinaire en art de l’Université du Québec à Chicoutimi. Ses œuvres font partie de collections privées et publiques et ont été présentées lors d’expositions solos et collectives au Centre National d’Exposition de Jonquière, à la Foire d’art contemporain de Saint-Lambert, à Langage Plus, Alma, à Caravansérail, Rimouski et à la Galerie L’Œuvre de l’Autre de Chicoutimi. Elle a aussi fait la résidence croisée Alsace, France/ Saguenay–Lac-Saint-Jean, Québec.

Les silences visibles

petiteaffiche 3

Les silences visibles

Un événement pluridisciplinaire des étudiants de la maitrise en art de l’UQAC

Du 27 novembre au 12 décembre

Vernissage le mercredi 27 novembre à 17:00

La Galerie de l’Œuvre de l’Autre de l’Université du Québec à Chicoutimi et les étudiants de première année à la maitrise en art sont heureux de vous inviter à l’événement artistique Les silences visibles, qui débutera le 27 novembre 2019. L’exposition se poursuit jusqu’au 12 décembre 2019.

Cette rencontre entre les étudiants et le public est devenue une tradition incontournable de la maitrise en art. Cette fois-ci, les jeunes créateurs exposent leurs projets autour du thème Les silences visibles.  Les six artistes aux démarches et disciplines différentes ont mis leur inventivité et leur talent au service de leur sujet d’étude. De la recherche-création à l’enseignement, en passant par la transmission et la médiation culturelle, ils vous proposent un voyage artistique dans leur univers au travers de la photographie, de la sculpture, du cinéma, de la musique, du dessin et du théâtre.

L’événement est ouvert à tous. Le vernissage aura lieu mercredi 27 novembre 2019 dès 17h à La Galerie l’Œuvre de l’Autre, suivi des présentations théâtrales et installations immersives au Petit Théâtre de l’UQAC et au studio théâtre.

Les étudiants sont sous la supervision de monsieur Marcel Marois, professeur et directeur de La Galerie l’Œuvre de l’Autre.

Étudiants : Julie Vola. Ann-Julie Pageau. Clarisse Abray. Dorine Goergen. Alexis G. Larouche. Hélèna Richard.

 

 

2ième symposium

Microsoft Word - PROGRAMME-court_SYMPOSIUM19.docx

Vernissage mercredi 17h00

Exposition du 11 au 20 novembre

La Galerie L’Œuvre de L’ Autre présente L’exposition Faire corps des artistes spécialisés en enseignement des arts dans le cadre du Symposium L’interdisciplinarité en enseignement des arts vers une pédagogie énactive qui se tient à la Galerie du 11 au 14 novembre.

On peut y voir le travail de   Érika Pelletier, Élisabeth Dallaire, Florence Verreault, Isabel Bouchard, Josée Néron, Karine Bernier, Katéri Dupont, Pier-Luc Tremblay, Sarah Anne-Marie Paul Matte, Jessica Roy-Vachon, Laurent Krissohoïdis, Véronique Ménard, Mélissa Bélanger et Steven Doucet.

Le collectif de recherche en
enseignement des arts CREA
accueillera à la galerie L’Œuvre de L’Autre de l’UQAC son 2ième Symposium qui prend pour thème L’interdisciplinarité en enseignement des arts, vers une pédagogie énactive. Une occasion pour initier une collaboration de recherche Université- Milieux artistiques, éducatifs et culturels de la région Saguenay-Lac -Saint-Jean.

Sous la présidence d’honneur de madame Geneviève Côté, représentante du domaine des arts au Ministère de l’éducation-MEES, et de monsieur Pascal Terrien. » Mon rattachement universitaire est Aix-Marseille Université AMU
Mon poste de professeur des universités en didactiques des arts est à l’Institut supérieur de l’éducation et du professorat d’Aix-Marseille Université (Inspé d’AMU un projet de recherche participative où l’art, la neuropédagogie et l’éducation participent au développement d’une pédagogie innovante qui met en lien interdisciplinaire les 4 arts -musique, danse, dramatique, plastique- ainsi qu’en relation transdisciplinaire, l’art avec d’autres champs de savoirs.»

  • Les journées d’étude du 12 et 13 novembre réunissent une équipe de chercheurs et de praticiens en art et en éducation, intéressés par le renouvellement de la formation initiale des futurs enseignants des arts.
  • La journée des enseignants des arts du 14 novembre sera l’occasion pour l’ensemble des enseignants des arts du primaire et du secondaire des 4 Commissions scolaires de la région Saguenay-Lac-Saint-Jean de se sensibiliser à l’interdisciplinarité et à la pédagogie innovante qu’elle suggère.