Croisements sans frontières

Carton d'invitation pdf v3-1 copie

La Galerie L’Œuvre de l’Autre, ainsi que les étudiants.es du programme en arts de L’Université du Québec à Chicoutimi, vous convient à un événement d’exception. Sous la supervision de M. Marcel Marois, professeur du module des arts et directeur de La Galerie L’Œuvre de l’Autre, les étudiants présentent le résultat de leurs recherches-créations autour du thème du Croisement sans frontières :  revisiter diverses sources et références du travail de création afin de mener à terme une œuvre autonome.

L’exposition s’articule autour d’un ensemble de pratiques telles que : la photographie, le dessin, l’installation sonore et vidéo, la sculpture, le cinéma et le théâtre. Cette manifestation artistique se veut collective, par une approche en collaboration interdisciplinaire. La thématique vient cerner la production issue de divers horizons dans une exposition qui clôt la session.

Il sera possible de voir cet éphémère, mais significatif énoncé d’art lors du vernissage le mardi 24 Avril à 17h à La Galerie L’Œuvre de l’Autre, au Petit Théâtre ainsi qu’à la boite noire.

Les étudiants :

 Jimmy Simard, Joelle Gobeil ,Sarah-Jeanne Landy                                      ,Nathan Gagnon ,Marceli Fleming ,Marie-Josée Tremblay ,Chloé Pradel ,Jennifer Do ,Ysé Raoux ,Charles Buckell ,Karl Gaven-Venet      ,Alexandre Lapointe-Tremblay ,Jessica Alicie                                         ,Abigaelle Parié ,Étienne Genest

L’événement Croisements sans frontières résulte d’une recherche interdisciplinaire individuelle menée par chaque étudiant(e) du cours Atelier de création interdisciplinaire. À partir de sa discipline première, arts visuels, arts numériques, cinéma, médiation culturelle ou théâtre, il lui est demandé de concevoir un projet en deux phases qui doit inscrire l’intervention d’un minimum de quatre disciplines avec lesquelles l’étudiant peut ou ne pas être familier. Cette approche artistique l’amène à obligatoirement cibler l’aide de collaborateurs (étudiants, techniciens, autres personnes-ressources) au niveau technique ou esthétique afin de parvenir à concrétiser un concept hybride nourri de nouvelles expériences et de nouvelles découvertes. Cette déstabilisation temporaire de la pratique habituelle amène chacun(e) à découvrir une part de son potentiel qu’il ou qu’elle n’a pas eu encore l’occasion d’exploiter pour trouver de nouvelles perspectives à sa création.

Le thème Croisement sans frontières est véritablement un prétexte à multiplier et à intégrer différentes disciplines dans un projet dont la finalité devra être cohérente et concluante. La première phase consiste à présenter à la mi-session un projet court ou abrégé qui démontre une première mise en forme du concept et une justification de l’apport de l’interdisciplinarité à sa concrétisation. Après cette première étape d’évaluation et d’auto-analyse, l’étudiant(e) poursuit durant la seconde phase du projet ses objectifs interdisciplinaires jusqu’à la présentation publique de l’oeuvre. Le défi durant cette période est de rendre le projet mature et significatif et d’apprendre à le mettre en scène en galerie, au théâtre où dans d’autres espaces de présentation.

Les jours de visibilité (24,25, 26 avril) de Croisements sans frontières ont comme but de présenter des œuvres diversifiées à la vision artistique décloisonnée et ouverte à de nouvelles approches artistiques issues de la fusion de différentes sensibilités disciplinaires.

Marcel Marois