Maladies génétiques rares

Epidermolyse bulleuse simplex (EBS)

Épidermolyse bulleuse simple (EBS)

L’EBS est une maladie génétique rare ayant une prévalence de 1 sur 50 000 à 1 sur 30 000, qui se caractérise par la formation de bulles ou d’ampoules cutanées causées par un décollement intraépidermique au niveau de la couche basale de l’épiderme, au moindre frottement. Cette maladie a un mode de transmission majoritairement autosomique dominant et est causée par plus de 100 mutations affectant les gènes des kératines 5 et 14 (KRT5 et KRT14) aboutissant à trois sous types : Weber–Cockayne, Koebner et Dowling-Meara (le plus sévère). Les mutations affectant les gènes KRT5 ou KRT14 conduisent à la synthèse de protéines défectueuses incapables de former un réseau de filaments organisés, ce qui entraînent la formation d’agrégats. Aucun traitement n’est disponible pour l’instant et seule une médication pour soulager la douleur et limiter les infections est disponible pour les personnes atteintes.

Biobanque

En 2008, une biobanque pour la recherche en EBS a été mise en place au laboratoire de génétique humaine dirigée par la Pre Catherine Laprise à l’Université du Québec à Chicoutimi. Cette biobanque contient des échantillons provenant de patients atteints d’EBS qui sont appariés (pour l’âge et le genre) avec un témoin non atteint. Des lignées de kératinocytes (primaires et immortalisés) et fibroblastes isolés de biopsies de peau, de l’ADN et de l’ARN sont disponibles pour 9 cas-témoins.

Projets en cours :

  • Homology directed repair of Epidermolysis Bullosa Simplex (EBS) single mutations using induced pluripotent stem cells and CRISPR/Cas9 system
  • Étude de l’effet d’un traitement utilisant un extrait d’algue brune sur la formation d’agrégats de K14 dans les kératinocytes dans le contexte de l’EBS (Collaborateurs: Tarik Farez, Audrey Dupérée, Georgette Leclerc, Charles Morin, Catherine McCuaig, Julie Powell et Catherine Laprise)

Site d’information http://www.debra-international.org/epidermolysis-bullosa.html

Agénésie Dysgénésie du corps calleux

Agénésie Dysgénésie du corps calleux

L’agénésie complète ou partielle du corps calleux, peut être associée à un retard de développement, une hypotonie, une épilepsie et une microcéphalie. Ce phénotype a été observé par plusieurs pédiatres de la région du Saguenay-Lac-St-Jean et ils ont noté que chez plusieurs enfants en jeune âge, lorsque ceux-ci présentaient une dysgénésie ou une agénésie du corps calleux sans polyneuropathie associée avec une hypotonie, ils développaient par la suite présentaient un retard de développement, une épilepsie et une microcéphalie. Depuis cette observation clinique, les pédiatres du Centre de Santé et des Services Sociaux de Chicoutimi ont recensé entre de 8 à 12 patients présentant cet aspect clinique. Ce phénotype précis est soit relié à un défaut génétique relatif d’une maladie monogénique, autosomale récessive, qui correspondrait au patron de ségrégation observé en clinique, ou encore à un trait complexe ou une maladie polygénique. L’identification du ou des gènes responsable(s) du développement de cette affection, surtout si cette dernière est monogénique, aurait des répercussions majeures puisqu’il serait possible d’offrir un conseil génétique pour avoir recours au test de porteur dans les familles avec histoire de la maladie de même qu’un diagnostic prénatal aux familles.

Projet en cours :

  • Étude génétique d’enfants présentant une agénésie ou dysgénésie du corps calleux associé à un retard de développement, une épilepsie et une microcéphalie (Collaborateurs: Vanessa Brunet, Charles Morin, Jean-Benoît Bouchard)

Acidose lactique

Acidose lactique

Le Syndrome de Leigh type Canadien-Français (SLCF) fait partie de la grande famille des syndromes de Leigh et porte également le nom d’acidose lactique congénitale de type Saguenay-Lac-St-Jean (SLSJ) qui se réfère à une crise acidotique qui peut survenir chez les enfants atteints de SLCF. Dans la plupart des cas, cette crise aura lieu dans les cinq premières années de vie de l’enfant et sera mortelle. Dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, 1 personne sur 23 est porteuse et un enfant sur 2000 naissances est atteint. Les manifestations cliniques les plus fréquentes de cette maladie sont une hypotonie (tonus musculaire plus faible que la normale) et un retard du développement psychomoteur. Bien que ces manifestations soient observées chez la plupart des enfants atteints de SLCF, la variabilité du phénotype ainsi que du degré de sévérité est très importante d’un patient à l’autre. Certains enfants sont très actifs et marchent normalement alors que d’autres souffrent d’handicap physique plus lourd et se déplacent en fauteuil roulant. Le gène responsable de la maladie, leucine-rich pentatricopeptide repeat containing (LRPPRC) a été identifié en 2003. Il cause un déficit dans le fonctionnement du cytochrome c oxydase de la chaîne respiratoire des mitochondries. Les principaux organes touchés par cette maladie sont le foie et le cerveau pour lesquels un déficit de 90% de la protéine est observé. Il n’existe actuellement aucun traitement pour cette affection.

Biobanque

La biobanque acidose lactique a été mise en place en 2008 au laboratoire de génétique humaine dirigée par la Pre Catherine Laprise à l’Université du Québec à Chicoutimi. Cette biobanque, unique au monde, regroupe les échantillons provenant de 21 patients atteints de SLCF (dont 7 issus d’interruption thérapeutique de grossesse (ITG)), 14 porteurs et 23 témoins (dont 3 ITG atteints d’une autre maladie orpheline). Des fibroblastes isolés de biopsies de peau (primaires et immortalisés), de l’ADN, de l’ARN, et des tissus provenant des ITG (cortex, cervelet, tronc cérébral, foie, rein, cœur, muscle, pancréas) sont disponibles pour l’ensemble des chercheurs du consortium ou pour tout autre chercheur dont les recherches sont jugées pertinentes et valables. Le recrutement des patients est constant et l’ajout de matériel biologique se fait chaque année.

Projet en cours :

  • Profil de méthylation de gènes impliqués dans la chaîne respiratoire dans une étude cas-témoins