Geese migration

Adieu Pierre

 Mon collègue Pierre Côté est décédé.  Ce matin, ses funérailles sont célébrées. Il est parti en plein cœur d’un froid glacial et   la mémoire  de son sourire ne réussit pas à me réchauffer.  On se voyait de temps en temps, nous n’étions pas de grands amis mais à chaque rencontre nous prenions plaisir à être ensemble.  Ces rendez-vous improvisés, avaient lieu à 50 mètres du  Pavillon des humanités où  il sortait comme j’aimais lui dire : « Faire ses exercices d’inhalothérapie ». Il aimait bien cette expression qui le faisait sourire. On échangeait quelques mots, on mettait à jour nos « nouvelles »,  le temps qu’il fume  une  voire deux cigarettes.

Nos rencontres plus sérieuses avaient lieu  sur la passerelle entre les deux pavillons.  C’est là, entre terre et ciel,  que nous avons eu nos meilleures conversations.    On abordait souvent  la question de la souffrance, du mal et  de la mort. Comme thérapeute ce questionnement était au cœur de sa pratique et il était très sensible à ces  questions plus fondamentales.

La dernière fois que l’on s’est croisé , en décembre dernier, il se savait atteint d’un cancer.  La rencontre fut brève, quelques minutes à peine.  Sa conjointe l’attendait, il avait  un rendez-vous à l’hôpital. Comme à son habitude,  il était un peu  en retard et elle le  pressait de la suivre.  Avant de sortir de son bureau,  il  m’a regardé  avec ses yeux bleus couleur d’acier  et m’a dit : «  je vais vivre  ça debout, je ne veux pas faire semblant !».  Avant de se quitter il m’a demandé  mon numéro de téléphone : »ce serait bien que l’on se rencontre pour parler ».   Je l’ai serré très fort en lui disant qu’il pouvait communiquer avec moi en tout temps, que je serais là !   Ce fut notre dernière rencontre. Adieu Pierre  et bon courage à ton amoureuse , tes enfants et petits enfants.


photo: depositphoto.com/masterwillu/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − deux =