CCMI

Météorites de l'Antarctique

Le site des monts Allan dans l'Antarctique

Les monts Allan, dans l'est de l'Antarctique, forment un obstacle à l'écoulement du glacier vers la mer de Ross. C'est la région où une équipe américaine a débuté la recherche de météorites en 1976, suite aux découvertes extraordinaires faites par les Japonais dans la région du mont Yamato (Reine Fabiola) de l'autre côté du continent. Dans la région des monts Allan, le roc s'élève au dessus de la glace faisant barrière, mais dans d'autres régions, la topographie sous-jacente peut causer un mouvement de la glace vers le haut, provoquant l'ablation de cette dernière et la concentration des météorites à la surface. Des équipes américaines ont maintenant recueilli des météorites à plus de 20 endroits dans l'Antarctique. La plupart de ces sites sont situés à l'ouest ou au sud de la mer de Ross et de la plate-forme de glace de Ross. Photographie fournie par le Dr. Ursula Marvin, Smithsonian Astrophysical Laboratory, Cambridge, Ma., U.S.A.)


Concentration des météorites

Cette photographie montre le mécanisme de concentration des météorites dans l'Antarctique tel qu'originalement proposé par Keizo Yanai de l'Institut national de recherche polaire du Japon à Tokyo. Les météorites qui tombent sur la calotte de glace, où l'accumulation de neige est substantielle, sont enfouies de plus en plus profond dans la glace et transportés avec elle lors de son écoulement lent vers l'extérieur du continent. Bien qu'habituellement la glace (et les météorites qu'elle contient) aboutisse à la mer, il arrive parfois qu'elle se heurte à des barrières naturelles telles que des collines ou des chaînes de montagnes. La glace est alors forcée vers le haut et subit continuellement l'ablation des vents. Cette érosion de la glace fait s'accumuler à la surface les météorites qu'elle contient. À ces endroits propices à la découverte de météorites, la neige est absente et la glace, dense et compacte, présente une teinte bleutée caractéristique. (Photographie fournie par le Dr. Ursula Marvin, Smithsonian Astrophysical Laboratory, Cambridge, Ma., U.S.A.).


Météorites englobée dans la glace

Cette photographie montre une petite météorite encore prise dans la glace bleue de l'Antarctique. Notez qu'un numéro d'identification (439) a été peint sur la glace avant la prise de photo "in situ". La météorite est ensuite extraite de la glace, conservée dans une atmosphère inerte et transportée, toujours congelée, au centre spatial Johnson à Houston où elle est finalement confiée à un programme conjoint de la NASA et de l'institut Smithsonian. L'âge isotopique "terrestre" de ces météorites de l'Antarctique offre un moyen de dater les glaciers antartiques. Les météorites ainsi récupérées de la glace sont dites "fossiles" et sont désignées comme un groupe distinct des météorites trouvées ailleurs sur la Terre. (Photographie fournie par le Dr. Ursula Marvin, Smithsonian Astrophysical Laboratory, Cambridge, Ma., U.S.A.)


Autres renseignments sur les météorites de l'Antarctique disponibles au Johnson Space Center

CCMI, Michael Higgins et Denis W. Roy