Bonification des techniques de prospection en précisant la source des métaux dans les sédiments de fond de lac.

Jordi Turcotte, Thèse de Maîtrise

Projet de Maîtrise en ressources minérales sous la supervision du Dr Pierre Cousineau (UQAC), Murray Hay (UQAC), Réjean Girard (IOS Services Géoscientifiques Inc) et Charles Maurice (MRNF).

Description du projet

L’examen des banques de données récentes sur la géochimie de l’environnement secondaire (fond de lac, till, sols, etc.) semble suggérer que les concentrations métallifères dans la gyttja (boue accumulée sous l’hypolimnion des lacs) sont influencées par l'environnement dans lequel le lac se situe et la proportion des divers types de matériau constituants. De nouvelles hypothèses pour expliquer leur contribution au bilan métallique doivent être testées, l’influence desquels peut avoir des impacts lors des campagnes d’exploration subséquentes : 

1. Certaines corrélations entre éléments suggèrent qu'une portion importante de la charge cationique fixée dans les sédiments proviendrait de l’apport des eaux souterraines; 

2. il semble évident que les différents éléments ne présentent pas le même comportement dans un milieu hydrique donné, et que nous devons ainsi gérer une problématique de partitionnement préférentiel des métaux; 

3. le rôle potentiel que joueraient des microorganismes à la surface des lacs comme facteur de préconcentration sélective de certains métaux semble avoir été grandement sous-estimé. 

La stratégie d'exploration recherchant les associations élémentaires retrouvées dans les gisements devient alors erronée. Il est donc essentiel pour l’interprétation des levés de sédiment de fond de lac que la répartition des métaux dans les sédiments soit prise en compte dans ce processus d’exploration géochimique. Ces questions n’ont encore jamais été abordées par l’industrie. 

La méthodologie choisie pour répondre aux objectifs fixés est d’échantillonner en plusieurs points de trois lacs, dont un connu comme anomal, d’effectuer un prétraitement des échantillons visant à séparer physiquement les différentes fractions du sédiment, d’effectuer des analyses par extractions partielles pour chaque fraction dans le but de déterminer où se logent les différents métaux, et de définir un protocole d’interprétation pour pondérer les effets de cette déportation. L’idée est d’améliorer les connaissances sur la séquestration des métaux dans l’environnement secondaire lacustre et de développer une approche déterministe à l’interprétation, et non un simple traitement statistique, si puissant soit-il.


Pour tout commentaire ou information supplémentaire contactez-moi à turcottejordi@msn.com.