Refusons l’austérité!

La spirale des coupures fait encore des dégâts

La spirale des coupures fait encore des dégâts au sein des employées et employés de soutien de l’UQAC.

La décision, de la haute direction, de favoriser un paradigme financier plutôt qu’humain fait encore des ravages. Loin de notre réputation des gens de la région d’être « tissé serré », ces exercices budgétaires de haute voltige font plus de dommages collatéraux que l’on pense.

Les Lois, on nous les impose!

  • En 2012, en période de turbulence de la Loi 100, en invitant la communauté à un exercice d’attrition important et à faire notre effort en participant à la planification de la main-d’œuvre avec comme objectif de réduire les postes des départs à la retraite de 3 à 1;
  • En 2013, nous avons fait grandement notre part en participant à la phase 1 des coupures avec tout près d’une dizaine de postes touchés sous prétexte de l’application du Plan de retour à l’équilibre budgétaire;
  • En 2014, nous avons le même discours.

Que cela soit par attrition, diminution d’heures, déplacement de salariés, redistribution des tâches ou tout simplement par abolition, il n’en demeure pas moins que les coûts émotionnels et humains sont sérieux.

Aujourd’hui, collectivement, c’est à nous de faire un tout autre genre d’effort en exprimant notre insatisfaction et en dénonçant publiquement que nous avons été suffisamment résilients.

On nous a invités à être imaginatifs en travaillant sur l’augmentation des revenus, mais si les étudiants ont moins de services de la part des employés de soutien, qu’elle sera la conséquence sur l’exode des jeunes? Comment augmenter la clientèle étudiante si nos étudiants de la région décident d’aller étudier à l’extérieur parce qu’ils ont moins de services ici? Nous avons toujours eu bonne réputation pour notre disponibilité, mais avec ce qui se passe, on peut se permettre d’en douter.

L’austérité, jusqu’où cela va-t-il nous mener?  Sans être alarmiste, le Gouvernement, avec son projet de Loi 15 sur le gel des effectifs, va-t-il y avoir encore des répercussions sur nos emplois?

Nul besoin de vous expliquer longtemps l’urgence d’agir. Dans les prochains jours, nous vous ferons parvenir d’autres informations pour la grande mobilisation qui aura lieu le 29 novembre prochain. Il est certain que l’implication et la mobilisation de chacun sont importantes. Il est temps que 100% de la population démontre son mécontentement et fasse reculer le gouvernement. Et ne pensez pas que c’est impossible. Ne laissons pas les autres décider à notre place!

« Seul, on va plus vite, mais ensemble, ça va plus loin! »

Bienvenue à tous !

Normande Truchon
Présidente