Mot de la présidente

Premièrement, je tiens à vous remercier pour la confiance témoignée et accordée afin de vous représenter à titre de présidente de votre syndicat pour les 2 prochaines années.

Deuxièmement, permettez-moi de profiter de cette tribune pour remercier les membres de l’exécutif et du conseil syndical pour leur implication au sein du SCFP 1574.

Une implication syndicale est nécessaire pour assurer une saine gestion permettant de défendre adéquatement les membres concernés.

J’invite ici, à se joindre à ces comités, plus particulièrement les nouveaux membres  et/ou celles ou ceux qui n’ont jamais participé de près ou de loin à certaines activités. Collectivement,  nous avons un rôle important à jouer : celui de collaborer!

Permettez-moi de vous rappeler un des principes de base du syndicalisme : notion de défense des intérêts des membres d’un syndicat (du grec sun, « avec », « ensemble », et dikê, « justice ») regroupés sur une base professionnelle.

L’efficacité du syndicalisme dépend du rassemblement du plus grand nombre de salariés. En ce sens, le SCFP 1574 souhaite que les salariés s’emparent massivement du syndicat pour lui redonner un caractère de masse et inscrire le syndiqué, au cœur de l’action syndicale, comme acteur et non comme simple spectateur.

Votre syndicat est essentiellement un instrument que se donnent les membres pour améliorer et maintenir de bonnes conditions de travail.

Lorsque nos insatisfactions personnelles, face à nos conditions de travail, à notre environnement de travail ou nos relations interpersonnelles, nous empêchent de comprendre le rôle de notre syndicat ou de s’impliquer, nous avons toujours le choix, en tant qu’individu, de travailler dans un autre secteur.

Je sollicite ici votre bon jugement et votre intelligence émotionnelle en vous demandant de maintenir un objectif commun en évitant de mettre en péril ces bonnes conditions en se respectant mutuellement et syndicalement et ce, en empêchant des conversations individuelles de corridor, avec une charge émotive, qui résultent souvent sur des dommages collatéraux et un dialogue de sourd.

À se demander unilatéralement, à tort ou à raison, ce que le syndicat ne fait pas pour nous, demandons-nous plutôt ce que nous pouvons faire pour le syndicat. Permettons-nous de développer une culture riche de Savoir-être  et Savoir-faire, empreinte d’une psychologie positive face aux privilèges reçus,  au fil des années de négociation, tout en respectant l’esprit de celles et ceux qui nous ont précédés.

En ces temps difficiles où nos dirigeants favorisent un paradigme financier, à nous de favoriser, syndicalement, un paradigme humain.

Finalement, je vous exprime un souhait en tant que présidente de ce nouveau mandat pour les 2 prochaines années :

« Prendre conscience de notre responsabilité syndicale individuelle face à notre engagement personnel afin d’en faire conjointement une culture humaine, efficiente et mature. Vivre l’expérience d’un groupe dont l’objectif commun est d’en faire une famille syndicale. »

Merci à tous celles et ceux qui ont pris le temps de lire ce message complètement et un merci spécial à notre représentante syndicale du SCFP Québec, madame Claire Simard.

Amicalement et collectivement,

Normande Truchon, présidente
SCFP1574
Université du Québec à Chicoutimi