Actualités

Lancement des festivités du 50e anniversaire : l’UQAC rend hommage à ses fondateurs

L’Université du Québec à Chicoutimi a lancé officiellement les festivités de son 50e anniversaire à l’occasion d’un grand rassemblement qui s’est tenu aujourd’hui au centre social. Devant quelques centaines de membres de la communauté universitaire, professeurs, étudiants et employés, des invités, diplômés et retraités, ainsi que plusieurs dignitaires, l’UQAC a honoré au cours d’une cérémonie, la mémoire de l’institution et de ses bâtisseurs.

La médaille du Réseau de l’Université du Québec a été décernée au Groupe St-Thomas pour son apport plus que significatif dans la création de l’UQAC. Mme Johanne Jean, présidente du Réseau de l’UQ, était sur place pour remettre la médaille à Éric et Josée Néron, qui représentaient leur père Majoric Néron, qui, à titre de président du Groupe St-Thomas, était aux premières loges de la création de l’Université.

L’événement a aussi été l’occasion de se plonger dans le passé en présentant quelques témoins des premiers instants de l’institution, dont M. André Desgagné, premier recteur de l’UQAC de 1969 à 1974. On a pu également entendre M. Jean-Pierre Vidal, professeur en arts en lettres, faisant partie des 104 premiers professeurs embauchés en 1969, Mme Régine Ménard, la première employée de l’UQAC, ainsi que M. Jean-Pierre Bilodeau, l’un des 857 étudiants de la première cohorte de l’UQAC.

La rectrice, Nicole Bouchard, a profité de son allocution pour ouvrir les perspectives d’avenir en engageant l’institution à être la bougie d’allumage de différents chantiers autour de la formation et de l’innovation. « Nous aurons besoin du souffle des bâtisseurs pour continuer notre développement afin d’inspirer les étudiants de la région, de tout le Québec et du monde entier à choisir l’UQAC et notre région pour vivre une expérience étudiante unique. Ils sont notre présent et ce 50e n’aurait pas de sens sans leurs rêves qui enrichissent nos salles de classe, leur rire qui humanise notre campus et leur engagement qui assure notre propre survie. Puissent-ils garder, à l’instar de nos 56 000 diplômés, l’intuition du dépassement de soi, de l’agir et de la liberté qu’apporte l’accès à la connaissance », a conclu la rectrice.

Toute une programmation d’activités est prévue au cours de cette année anniversaire, qui sera jalonnée par des moments forts, notamment avec la Collation des grades du 27 avril prochain ainsi que le lancement de la future campagne de financement.

À propos du Groupe St-Thomas
Avec à sa tête, à titre de président, M. Majoric Néron, le Groupe St-Thomas était, à l’origine, en 1958, un groupe d’études et de réflexion formé de professionnels réunis à l’instigation de Mgr Victor Tremblay, alors président de la Société historique du Saguenay. Motivé par l’ambition de démocratiser l’enseignement universitaire en région, le Groupe St-Thomas avait la conviction que le développement de notre société allait devoir passer par l’éducation.

C’est ainsi qu’en 1961, à l’annonce de la création de la Commission royale d’enquête sur l’Enseignement, la Commission Parent, le Groupe St-Thomas présentait un impressionnant mémoire en vue de la création de l’Université de Chicoutimi. Devant l’acceptation par la Commission de plusieurs de ses recommandations, le Groupe St-Thomas allait d’abord créer le Cégep de Chicoutimi en 1967, pour ensuite fonder l’Université du Québec à Chicoutimi en 1969.

Le Service des communications et des relations publiques (SCRP) de l’UQAC planifie, coordonne et dirige les activités de communication de l’Université. Il voit à l’élaboration des moyens appropriés pour informer le public interne et externe des activités et programmes offerts par l’UQAC ainsi que de l’actualité universitaire. Il assume également la responsabilité des relations avec les médias.

Étiquettes : , , , , , , , , ,

3 commentaires

  1. Bonjour,

    J’ai gradué en génie à l’UQAC en 1972.
    Je vous demande s’il y aura des activités pour souligner le cinquantième anniversaire et si oui, est-ce que les anciens étudiants (ceux de la première cohorte entre-autre) y seront invités.

  2. Déjà 50 ans. J’étais là. En sciences de l’administration et avec une passion pour le judo avec monsieur Page. Nous étions à l’orphelinat. Une période très agréable de ma vie. J’ai eu quelques vies depuis. Ma formation m’a bien servie et encore aujourd’hui. Je demeure dans la région de Montréal mais suis retourné souvent au Saguenay. En passant par le campus, je suis impressionné. Une bonne pensée pour les professeurs qui étaient là en 1969 et depuis. Merci à André Courtemanche et autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *