Actualités

La professeure Élise Duchesne reçoit une subvention de 50 000 $ du Réseau de thérapie cellulaire, tissulaire et génique du Québec

Dre Élise Duchesne, professeure à l’Unité d’enseignement en physiothérapie de l’UQAC, a décroché une subvention de 50 000 $ du réseau ThéCell pour son projet portant sur l’approche thérapeutique basée sur les cellules souches musculaires en dystrophie myotonique de type 1.

La chercheuse du Département des sciences de la santé collabore pour cette étude avec Nicolas Dumont, professeur adjoint au département de réadaptation de l’Université de Montréal et Jack Puymirat, professeur titulaire à la Faculté de médecine de l’Université Laval. La subvention est octroyée dans le cadre Concours 2019-2020 des projets structurants ThéCell (Réseau de thérapie cellulaire, tissulaire et génique du Québec).

Description du projet
La dystrophie myotonique de type 1 (DM1) est la myopathie la plus fréquente chez l’humain. La faiblesse et l’atrophie musculaire sont les signes cardinaux de la maladie et les cellules souches musculaires (CSM) sont aussi altérées dans cette maladie (sénescence prématurée, capacité de prolifération diminuée et fusion et différenciation en myotubes retardée). Il y a un grand potentiel thérapeutique pour développer des stratégies ciblant les CSM en DM1 ; toutefois, cette avenue demeure inexplorée. Notre but est d’investiguer une stratégie thérapeutique ciblant la fonction des CSM comme traitement en DM1, lequel serait basé sur les résolvines, des médiateurs spécialisés prorésolution, connus pour stimuler l’expansion et la différentiation des CSM et améliorer la régénération musculaire de souris dystrophiques. Nous allons caractériser l’expression des résolvines et celle de marqueurs inflammatoires dans les muscles de patients atteints de DM1 (livrable 1), évaluer l’impact des résolvines sur la fonction des CSM in vitro (cellules isolées de muscles DM1) (livrable 2) et in vivo (modèle animal) (livrable 3). Ce projet caractérisera une nouvelle avenue thérapeutique ciblant les CSM pour améliorer leur fonction et freiner la DM1.

À propos du Réseau de thérapie cellulaire, tissulaire et génique du Québec -ThéCell
Créé en 2009, le Réseau de thérapie cellulaire, tissulaire et génique du Québec regroupe plus de 100 chercheurs réguliers sans compter les membres associés et étudiants. Il vise à faciliter les études cliniques de phase I et II afin de rendre les technologies de pointe en thérapie cellulaire, génique et tissulaire accessibles à la population en valorisant les plateformes technologiques issues des universités québécoises et de leurs partenaires. Le Réseau ThéCell, financé par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS), sert de levier et de catalyseur pour mobiliser et coordonner l’accès et l’utilisation d’infrastructures et de personnel hautement qualifié dans le domaine de la thérapie cellulaire et tissulaire.

Pour en savoir plus sur les travaux de recherche pourtant sur la dystrophie myotonique de type 1 de la professeure Élise Duchesne: https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/style-libre/episodes/433562/audio-fil-du-jeudi-9-mai-2019

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *