Actualités

Plus de 15 000 $ remis à quatre fermes du Lac-Saint-Jean dans le cadre du volet agricole de Carbone boréal

Dans le cadre de son volet agricole, Carbone boréal se prépare à remettre une première ristourne aux agriculteurs qui ont accepté de recevoir des plantations sur des parties de leurs terres en 2013. Quatre fermes du Lac-Saint-Jean, soit la Ferme A.L.Y. Blackburn, la Ferme des Papinas, la Ferme Markvens Joli et la Ferme Bernard Tremblay se partageront ainsi plus de 15 000 $.

Le volet agricole de Carbone boréal est issu d’une collaboration avec la Société sylvicole de Chambord et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), visant à reboiser des portions de terre en friche ou impossible à exploiter (crans, pentes abruptes, etc.). Une vingtaine d’agriculteurs du Lac-Saint-Jean ont ainsi permis que soient plantés chez eux plus de 160 000 arbres sur un peu plus de 100 hectares en 2013, 2016 et 2019.

La compensation via ce projet de collaboration est offerte au coût de 5 $ l’arbre ou 35 $ la tonne de CO2. Pour chaque arbre attribué, un dollar est mis en fiducie et versé périodiquement aux agriculteurs participants qui ont signé avec l’UQAC une entente à long terme pour en assurer la protection.

Cette collaboration permet aux chercheurs et étudiants-chercheurs de l’UQAC d’effectuer des travaux de recherche sur ces plantations et au public de les utiliser pour compenser des émissions de gaz à effet de serre (GES). Les essences d’arbres pouvant être plantées en milieu agricole ouvrent de nouvelles perspectives de recherche sur l’adaptation aux changements climatiques et en agroforesterie.

À propos de Carbone boréal
Carbone boréal est une infrastructure de recherche de l’UQAC qui permet à tous – individus, entreprises, organismes, ministères, etc. – de compenser des émissions de GES liées à leurs activités. Pour ce faire, il suffit d’estimer les émissions de GES produites grâce au calculateur de Carbone boréal et de faire un don au Fonds de développement de l’UQAC. Les arbres requis pour compenser ces émissions seront dès lors attribués et la compensation, inscrite au registre public.

L’argent reçu, qui sert notamment à l’octroi de bourses de maîtrise et au soutien des travaux de recherche, permet aussi d’assurer le suivi des plantations et la vérification des compensations selon la norme internationale ISO 14064-3. Une part de 20 % pour chaque don est capitalisée afin d’assurer la pérennité de Carbone boréal.

BAP - Agente d'information

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *