UQAC
1602

Maîtrise en sociétés, autodéterminations et développement

Responsable : Érik Langevin
Regroupement de programmes : Unité d'enseignement en sciences des sociétés et des territoires
Secrétariat : (418) 545-5011, poste 5330
Coordonnatrice : Sophie Riverin
Grade : Maître ès arts

Tiré à part incluant la description des cours

Présentation

Ce programme, de type recherche, vise à parfaire la compréhension des contextes sociologiques, politiques et institutionnels dans lesquels prend forme la prise de décision, ainsi qu'à aiguiser la capacité d'analyse critique du bien commun et de la responsabilité sociale qui sous-tendent cette dernière. Le programme entend aiguiser la capacité d'analyser de manière critique ces représentations, afin de comprendre leur impact sur les trajectoires des communautés politiques et sur la responsabilité sociale, permettant ainsi une participation plus informée à la vie sociale et politique.

Objectifs

La Maîtrise en sociétés, autodéterminations et développement vise à approfondir et à parfaire la capacité d'articuler de manière systématique et nuancée les enjeux actuels pressants en matière de démocratie, de gouvernance et de développement afin de pouvoir contribuer à proposer des solutions novatrices sur le plan social, et ce, à toutes les échelles (du local au global). Dans cet esprit, on vise à la fois à contribuer à une meilleure compréhension de la nature précise de ces enjeux et à mieux outiller les individus comme acteurs sociaux (citoyens, décideurs) en misant sur l'analyse critique et la maîtrise des propositions théoriques, cadres conceptuels et outils méthodologiques indispensables pour y arriver.

Ce programme est de type recherche. Il est orienté vers la découverte d'un nouveau savoir et l'appropriation d'une méthode scientifique qui culmine avec le mémoire.

Le programme de maîtrise permet la préparation soit à des études de troisième cycle, soit au marché de l'emploi.

Objectifs spécifiques

  • Identifier les grands enjeux liés à la gouvernance démocratique du développement et à formuler la manière dont ces enjeux interpellent les pratiques et représentations sociales;
  • Parfaire la compréhension des postulats méthodologiques, conceptuels, épistémologiques et idéologiques qui sous-tendent les différentes visions de la démocratie, de la gouvernance et du développement;
  • Formuler l'impact des différentes visions sur la conception et l'organisation de la prise de décision, et le rapport au bien commun et à la responsabilité sociale;
  • Raffiner la compréhension de la manière dont le caractère qualitatif de l'interdépendance des ordres sociaux affecte les modes d'organisation et de régulation du vivre ensemble, et met en jeu les questions relatives à l'internormativité;
  • Se sensibiliser à l'interaction et l'interdépendance entre les différentes échelles de participation, d'action et de prise de décision quant aux principaux enjeux touchant la gouvernance démocratique du développement;
  • Sensibiliser à l'enjeu des formes de participations démocratiques, qui requièrent que les parties concernées soient impliquées dans la définition des normes du vivre-ensemble et que l'on tienne compte du respect de la diversité, des formes variées d'autogouvernement, ainsi que des défis posés par le pluralisme et l'internormativité, dans un souci de respect de la dignité fondamentale de chaque être humain et du développement humain.

Clientèle visée

Cette maîtrise s'adresse tout autant aux bacheliers(ères) (par exemple, en sciences humaines et sociales, en sciences économiques et administratives) qu'aux différents(es) intervenants(es) et gestionnaires désireux de parfaire leur compréhension des grandes questions de fond qui traversent certains des enjeux politiques, économiques, sociaux et juridiques complexes qui caractérisent notre siècle.

Conditions d'admission

Être titulaire d'un baccalauréat, ou l'équivalent, obtenu avec une moyenne cumulative d'au moins 3,2/4,3 ou l'équivalent, dans l'une ou l'autre des disciplines suivantes: anthropologie, économie, histoire, sciences politiques, démographie, sociologie, géographie, environnement, sciences économiques et administratives, gestion et avoir réussi un cours de méthodologie de la recherche ou l'équivalent lors du baccalauréat;

ou

Posséder une formation appropriée et une expérience jugée pertinente. Dans ce cas, le candidat devra démontrer, dans la lettre d'intention jointe à la demande d'admission, que la combinaison de sa formation et de son expérience le rend apte à comprendre les contextes sociologiques, politiques et institutionnels dans lesquels prend forme la prise de décision, de même que capable d'utiliser certains concepts pour rendre compte des rapports entre ces contextes et les conceptions du bien commun et de la responsabilité sociale.

Le comité d'admission au programme évaluera la pertinence d'admettre un candidat qui détient un grade de bachelier dans une autre discipline ou possédant une moyenne cumulative inférieure à 3,2 mais d'au moins 3,0/4,3 ou l'équivalent.

Tous les candidats devront joindre à leur demande d'admission une lettre de 300 à 500 mots présentant leur intérêt pour le programme et la pertinence de leur formation et de leur expérience en regard de ce dernier. Le comité d'admission évalue les connaissances et l'expérience. S'il le juge nécessaire, le comité d'admission pourra demander à rencontrer le candidat. Les candidats ne possédant pas les connaissances nécessaires pourront se voir imposer jusqu'à trois cours d'appoint ou être admis conditionnellement à la réussite d'une propédeutique avec moyenne cumulative de 3,2 sur 4,3. De la même manière, dans le cas où le comité d'admission jugera que le cours suivi par l'étudiant en méthodologie de la recherche ne lui assure pas une base suffisante en statistiques, un cours d'appoint sera exigé.

Maîtrise des compétences informationnelles

Toutes personnes admises dans le cadre d'un programme menant au grade de maître doivent faire la preuve qu'elles possèdent une maîtrise suffisante des compétences informationnelles requises aux cycles supérieurs. Cette preuve est attestée par l'atteinte du résultat minimum exigé au test initial prévu à l'activité CICS900-Compétences informationnelles cycles supérieurs. À défaut d'atteindre le résultat exigé, les personnes devront compléter l'activité CICS900-Compétences informationnelles cycles supérieurs. Les modalités relatives à cette exigence sont définies dans la Politique en matière de maîtrise des compétences informationnelles dans les programmes de cycles supérieurs.

Règles relatives au français

Les modalités et les règles qui régissent l'attestation de la maîtrise du français telles que résumées ci-dessous, sont définies dans la Politique et la Procédure relative à la valorisation du français.

Règlement relatif aux exigences liées à l'admission pour les candidats dont la langue maternelle n'est pas le français

Toute candidate ou tout candidat a un programme identifié, dont la langue maternelle n'est pas le français, est tenu de fournir la preuve qu'elle a obtenu un résultat minimum de 785 sur 990 au Test de français international (TFI) de la firme Educational Testing Service avant d'entreprendre son programme d'études. Pour être considéré valide, le TFI doit avoir été passé dans les trente-six (36) mois précédant la date du début du trimestre pour lequel le candidat fait une demande d'admission.

Il est à noter que les candidates et les candidats en protocole d'échange provenant d'une université partenaire et dont la langue d'enseignement est le français, de même que les candidates et les candidats des Premières Nations sont exemptés de cette obligation.

Également, certaines candidates et certains candidats dont la langue maternelle n'est pas le français peuvent être exemptés de cette obligation lorsqu'ils répondent à l'une ou l'autre des exemptions prévues à la procédure ci-haut.

Règles administratives

Ce programme est ouvert aux admissions aux trimestres d'automne et d'hiver seulement.

Ce programme est offert en formule comodale.

Régime des études et durée du programme

Le programme est offert à temps complet et à temps partiel.

La durée maximale d'un programme de maîtrise est de neuf (9) trimestres en régime à temps complet et de quinze (15) trimestres en régime à temps partiel.

Note:

Pour les fins d'inscription et de paiement des frais de scolarité, ce programme est rangé dans la classe B.

Règlements pédagogiques particuliers

Une bonne connaissance de l'anglais est souhaitable.

Toute étudiante ou étudiant dont la langue maternelle est autre que le français qui éprouve des difficultés ou qui a une faiblesse en français peut, après avoir avisé la direction de programme, s'inscrire au cours 7FRA419 Français global et actes de paroles II. Ce cours sera hors programme.

Reconnaissance des acquis

Les étudiantes et étudiants qui seront admis au programme et qui auront complété des cours de cycles supérieurs pertinents au programme de maîtrise pourront se voir reconnaître ces cours en équivalence, après étude de leur dossier, selon la procédure en vigueur à l'UQAC.

Perspectives professionnelles

Cette maîtrise ouvre la porte à une panoplie d'emploi dans le domaine des médias, des services publics, voire de l'enseignement au collégial dans les programmes en sciences humaines. Une telle formation favorise la compréhension de nos systèmes politiques qu'ils soient locaux, nationaux ou internationaux.

La recherche

Ce programme ouvre la porte aux études de 3e cycle ici à l'UQAC (Doctorat en sciences humaines appliquées, doctorat en développement régional et territorial ou doctorat sur mesure). Les candidates et candidats auront la possibilité au cours de leur cheminement de maîtrise de s'intégrer aux projets de recherche des professeurs(es) du secteur et ainsi avoir la possibilité de poursuivre plus loin leur formation avec eux.elles.

Notons par ailleurs que dans le cadre des activités de la chaire multidisciplinaire de formation et de recherche dans un contexte de valorisation des perspectives autochtones dans l'enseignement supérieur, de l'observatoire, de la chaire Unesco et de l'observatoire sur la liberté d'expression, les étudiantes et étudiants auront de nombreuses possibilités en ce qui a trait à la diffusion de leurs travaux et activités.

Structure du programme

Ce programme comprend quarante-cinq (45) crédits répartis comme suit:

  • 4 cours obligatoires (12 crédits)
  • 2 cours optionnels (6 crédits)
  • La recherche (27 crédits)

Plan de formation

Les quatre cours obligatoires suivants (douze crédits)

4GDD803Cours offert bientôt!Démocratie, gouvernance et développement
4GDD806Cours offert bientôt!Sociétés et dynamiques de changements
4GDD808Séminaire de recherche
SHA7015Épistémologie : sciences humaines appliquées

Deux cours parmi les suivants (six crédits)

4GDD802Cours offert bientôt!Enjeux du développement
4GDD810Gouvernance des Premiers peuples
4SAD805Modalités innovantes de gouvernance pour la transition écologique

Cours de recherche (six crédits)

4ESR874Cours offert bientôt!Projet de recherche I
4ESR875Cours offert bientôt!Projet de recherche II

Le mémoire (vingt-et-un crédits)

Dès l'inscription du sujet de recherche, et pour tous les trimestres subséquents, l'étudiant doit être inscrit à l'activité 4GDD900.

4GDD900Cours offert bientôt!Mémoire 0.0 cr.

(12/2023)