Communiqués, convocations et invitations

Boris Dufour récipiendaire de la Bourse Alcan 2000

Chicoutimi, le 17 novembre 2000 – Monsieur Boris Dufour, de la région de Charlevoix (Clermont), un étudiant au doctorat en environnement de l’Université du Québec à Chicoutimi, a reçu la prestigieuse Bourse Alcan 2000. La bourse d’une valeur de 10,000 $ lui a été remise par le directeur de l’Usine Saguenay, M. Camil Couillard.

Monsieur Dufour devient ainsi le quinzième récipiendaire de cette bourse qui est offerte annuellement à la clientèle des programmes d’études avancées à l’UQAC. Les critères de sélection sont toujours fondés sur la base du dossier scolaire et sur la qualité d’un projet d’étude favorisant le développement régional.

Détenteur d’un baccalauréat en biologie et d’une maîtrise en ressources renouvelables de l’UQAC, Boris Dufour étudie, dans le cadre de sa thèse de doctorat en environnement, l’influence des variables climatiques sur la croissance de l’épinette noire en forêt boréale.

Description du projet – L’aménagement forestier durable est présentement un des points chauds de l’actualité au Québec. Bien des choses se disent, mais il reste que certains aspects, dont notamment la bonne mise en œuvre du rendement soutenu, sont remis en question et ce même par certains spécialistes.

Le rendement soutenu est une notion simple. Cela consiste en fait à ne récolter que ce que la forêt est capable de produire sans diminuer son potentiel de production et sa capacité à se régénérer.

Par contre, la mise en pratique est plus complexe. Ainsi, pour pouvoir s’assurer d’une récolte à perpétuité, on doit prédire le plus précisément possible la croissance de la forêt. Cela permet de fixer la quantité de bois que l’on peut récolter en une année et de planifier les travaux sylvicoles servant à améliorer la croissance des arbres.

Actuellement, cette projection de la croissance dans le futur est effectuée à l’aide de modèles basés sur des statistiques de croissance. Cela signifie que pour projeter la croissance d’un peuplement forestier choisi, on se fie à une courbe de croissance établie à partir de mesures prises sur d’autres peuplements jugés comparables en termes de composition, âge, densité, hauteur, région, etc. Certains paramètres peuvent apporter certains ajustements, par exemple, l’application de travaux sylvicoles, mais cela est assez limité.

Le résultat est un modèle avec un niveau de précision probablement acceptable, mais avec une capacité d’ajustement très réduite. Nous croyons que ces modèles peuvent être améliorés de façon à ce qu’ils puissent s’ajuster, notamment, aux changements climatiques. Il faut ainsi jeter les bases d’un modèle basé sur les mécanismes de croissance des arbres. L’objectif du projet est de découvrir quels sont les facteurs climatiques qui sont déterminants dans la croissance de l’épinette noire, l’essence la plus représentée en forêt boréale et celle ayant la plus grande valeur marchande.

Pour ce faire, nous allons mettre sur pied quatre sites d’échantillonnage en forêt boréale. Les divisions forestières de Produits forestiers Alliance de Mistassini et de Abitibi Consolidated de Chicoutimi, conscientes de l’importance du projet, collaborent avec nous dans l’élaboration des sites.

Chaque site est équipé d’une part d’un dispositif permettant le suivi de divers paramètres climatiques: température (sol, air), humidité relative (sol, air), lumière, pluie, vent, neige et autres. Un second dispositif sert pour sa part à mesurer la croissance des arbres de façon très précise. Ainsi, le traitement des données consiste à mettre en relation, par analyse statistique, la croissance des arbres avec chacun des facteurs climatiques mesurés. Nous espérons ainsi identifier les facteurs les plus influents et de quantifier leur effet sur la croissance.

Ces nouvelles informations pourront éventuellement être intégrées dans des modèles de croissance qui seront, de ce fait, plus précis que ce qui existe à l’heure actuelle. Ce qui découlera de cette amélioration sera, nous croyons, un meilleur aménagement d’une ressource qui est la base d’une industrie très importante dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

– 30 –

Source :
Denis Claveau, agent d’information
Service des affaires publiques
418 545-5011, poste 2350
denis_claveau@uqac.uquebec.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *