Communiqués, convocations et invitations

La Chaire en éco-conseil de l’UQAC réalise une étude démontrant le potentiel de la biomasse forestière pour le chauffage institutionnel

Saguenay, le 25 mai 2015 – La Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi a récemment publié les résultats d’une analyse de cycle de vie comparative démontrant le potentiel de la biomasse forestière pour le chauffage institutionnel. Cette analyse a été réalisée à la demande du Réseau d’expertise et de valorisation en biomasse de La Matapédia.

Les conclusions de l’étude indiquent qu’en comparaison avec l’utilisation de mazout pour le chauffage d’un bâtiment institutionnel, la biomasse forestière résiduelle apporte des gains environnementaux significatifs, particulièrement pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est la première fois qu’une analyse de cycle de vie comparative sur le sujet est publiée au Canada.

À partir de l’analyse du changement de la source d’énergie pour le chauffage du Centre de santé et de services sociaux de La Matapédia à Amqui, l’étude a démontré que le chauffage à la biomasse forestière résiduelle produisait 2,4 fois moins de gaz à effet de serre que le système précédent alimenté à 90% à l’électricité et à 10% au mazout. « Pour un système alimenté complètement au mazout, les gains sont de l’ordre de 15 fois moins d’émissions, ce qui est très significatif. Cela démontre l’énorme potentiel qu’on peut tirer de la biomasse forestière pour le chauffage institutionnel. C’est aussi un excellent moyen de réduire notre dépendance au pétrole tout en améliorant notre performance environnementale », souligne Claude Villeneuve, professeur au Département des sciences fondamentales et directeur de la Chaire en éco-conseil de l’UQAC.

L’analyse de cycle de vie est une méthode d’évaluation des impacts environnementaux qui prend en compte tous les impacts de l’extraction des ressources, de leur transformation, de la fabrication, de l’utilisation et à la disposition des déchets incluant toute l’utilisation de l’énergie et le transport. On parle du cycle de vie d’un produit ou d’un service « du berceau au tombeau ». L’étude a été réalisée avec des données primaires provenant de la Coopérative forestière de La Matapédia du CSSS de La Matapédia et a duré deux ans.

L’analyse de cycle de vie comparative réalisée selon la norme internationale ISO 14044 doit être révisée par une tierce partie indépendante et crédible pour être communiquée au public. Cette vérification a été effectuée par la firme montréalaise Quantis qui a mobilisé des experts à cet effet.

« Les retombées d’une telle étude sont importantes pour le Réseau d’expertise et de valorisation en biomasse de La Matapédia qui a déjà effectué 7 projets de substitution de carburants pétroliers par de la biomasse et qui a ainsi réussi à éviter l’équivalent de l’émission de 35 000 tonnes de gaz à effet de serre par année, ce qui correspond à éliminer l’équivalent de 7 000 automobiles du bilan de gaz à effet de serre du Québec. Les résultats nous donnent une bonne indication pour d’autres projets de biomasse, mais ils ne peuvent pas être généralisés sans prendre en considération les particularités locales de la production de biomasse », a conclu le professeur Villeneuve.

 -30-

Source :
Marie-France Audet, technicienne en information
Bureau des affaires publiques
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 2350 ▪ marie-france.audet@uqac.ca

Renseignements :
Claude Villeneuve, professeur
Département des sciences fondamentales
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 5059 ▪ claude_villeneuve@uqac.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *