En savoir plus
3598
Programmes d'études de cycles supérieurs en Éco-conseil

Diplôme d'études supérieures spécialisées en éco-conseil

Particularités du programme

  • Programme unique en Amérique du Nord
  • Offert à temps complet de manière intensive, le programme est complété par un stage rémunéré d'un minimum de 600 heures qui ouvre les portes du marché du travail.
  • Enseignement multidisciplinaire (sciences, gestion, lois) élaboré à partir de problématiques environnementales (déchets, forêt, énergie, changements climatiques, etc.).
  • Large place aux sciences humaines et sociales pour permettre aux éco-conseillers de devenir des agents de changement dans un monde en effervescence.
  • Travaux pratiques en lien avec la communauté et les employeurs potentiels sont nombreux, formant ainsi l'étudiant à l'exercice de la profession d'éco-conseiller.
  • Enseignement assuré par des professeurs, des chargé.es de cours et un grand nombre de conférenciers-invités.
  • Programme alimenté par les travaux de recherche des professeurs au sein des unités de recherches ci-bas.
Laboratoires de recherche associés au programme

Études connexes
  • Programme court de deuxième cycle en analyse systémique de durabilité
  • Programme court de deuxième cycle en développement durable appliqué
  • Programme court de deuxième cycle en gestion durable du carbone
  • Maîtrise en ressources renouvelables
  • Maîtrise par cumul en éco-conseil
Professeurs rattachés au programme
Plan de formation
Cours obligatoires
Les quatorze cours suivants (27 crédits)
Nature et portée des problématiques socio-écologiques I
Mission professionnelle I
Mission professionnelle II
Approche psychosociale de la transition socio-écologique
Approche transdisciplinaire en éco-conseil I
Approche transdiscipinaire en éco-conseil II
Gouvernance, droit et institutions pour la pratique de l'éco-conseil
Notions d'économie pour la pratique de l'éco-conseil
L'éco-conseil dans les organisations
Outils de l'éco-conseil I
L'humain et la nature
Notions d'écologie pour la pratique de l'éco-conseil
Nature et portée des problématiques socio-écologiques II
Communication et dialogue
Cours optionnels
Trois cours parmi les suivants (déterminés par la direction des programmes en fonction des années) (3 crédits)
Thème ouvert en éco-conseil
Lecture dirigée en éco-conseil
Mentorat en éco-conseil
Outils de l'éco-conseil II
Évènement en éco-conseil
Projet en éco-conseil
3598
Programmes d'études de cycles supérieurs en Éco-conseil

Diplôme d'études supérieures spécialisées en éco-conseil

Ce diplôme vise à former des professionnels du développement durable qui pourront utiliser le titre «éco-conseiller diplômé». Ce titre est réservé aux étudiants qui terminent avec succès le DESS en éco-conseil à l’UQAC. L’idée et la pratique de l’éco-conseil viennent de France et de Belgique où il existe deux instituts qui dispensent une formation similaire à celle proposée à l’UQAC.

Le programme se caractérise par son caractère interdisciplinaire et par sa capacité à répondre aux besoins multiples de cohortes d’étudiants provenant d’horizons disciplinaires, culturels et sectoriels diversifiés. Il permet à des professionnels en exercice et à des diplômés de premier cycle, soucieux d’acquérir une formation professionnelle de niveau universitaire, d’exercer un métier original et adapté aux exigences d’une société en mutation et qui se cherche.

Le programme propose des activités d’apprentissage théoriques et pratiques dans une perspective de transformation socio-écologique. Le co-apprentissage est organisé dans des activités associées à plusieurs cours. Des spécialistes en exercice, appelés conférenciers complètent les savoirs théoriques enseignés par les professeurs et chargés de cours. L’articulation des acquis est réalisée en classe pour permettre une meilleure mémorisation des connaissances. Les étudiants doivent gérer plusieurs projets concrets pendant la formation théorique. De très nombreux exercices de communication écrite et orale sont prévus tout au long du cursus. La compréhension et l’intervention dans les controverses socio-environnementales font l’objet d’un apprentissage en continu. Dès le début des cours, les étudiants sont conviés à travailler en réseau avec les diplômés des années précédentes. Enfin, le programme débouche sur un stage pratique en milieu de travail.

À sa sortie, l’éco-conseiller dispose d’un bagage de savoirs et de savoir-faire lui permettant d’analyser les dimensions économiques, écologiques, sociales, éthiques et de gouvernance d’une problématique tout en étant capable de communiquer aussi bien avec les spécialistes de ces disciplines qu’avec le public.

Depuis 2002, les étudiants trouvent des emplois dans différentes organisations au Québec, comme en Europe d’ailleurs : dans des ministères (agriculture, environnement, éducation, santé, etc.), dans le domaine de l’éducation (collège, université), dans de grandes entreprises (Rio Tinto, Desjardins, etc.), dans des PME, des SADC et bureaux de consultants, dans des villes et MRC, dans des sociétés d’État (Recyc-Québec, SEPAQ et Hydro-Québec) et enfin dans des associations (OBNL).

Ils y gèrent des projets ou des plans d’action de développement durable, s’occupent de la gestion des matières résiduelles, de plans de formation ou de sensibilisation, de l’implantation de processus de certification environnementale, imaginent des stratégies pour lutter contre les gaz à effet de serre, aident à la décision pour une meilleure actualisation de l’économie verte ou de la transition énergétique. Ils participent aussi aux contrats de rivière, interviennent dans des consultations publiques, organisent des activités d’éducation relative à l’environnement et au développement durable, appliquent des grilles multicritères d’analyse de projets pour proposer des solutions adaptées à des problèmes complexes, etc.

Les étudiants qui le souhaitent peuvent suivre un programme court de deuxième cycle associé au DESS (15 crédits) pour obtenir un grade de maîtrise par cumul (voir la section correspondante ci-dessous).

Conditions d'admission

Être titulaire d'un baccalauréat ou d'un diplôme jugé équivalent, en ayant obtenu une moyenne cumulative d'au moins 3,0/4,3.

ou

Être dans un processus de double diplomation avec les instituts de formation à l'étranger qui ont conclu une entente avec l'UQAC.

ou

Un candidat qui ne répond pas aux critères précédents peut être admis après analyse du dossier*. Le candidat doit toutefois pouvoir témoigner d'une expérience professionnelle pertinente en environnement d'au moins quatre ans. L'étude se fera par un comité d'admission, qui peut choisir de recevoir le candidat en entrevue si nécessaire.

L'expérience professionnelle pertinente est acquise par l'exercice de fonctions professionnelles pour une organisation ou comme travailleur autonome.

*Voir la section Mode de sélection des candidats.