Lundi, 22 juillet 2024
spot_img

Le Groupe de recherche et d’intervention régionales publie une nouvelle étude sur l’essor géographique de la vigne au Québec

Depuis maintenant plus de 40 ans, le Groupe de recherche et d’intervention régionales (GRIR) de l’UQAC œuvre à la réalisation de recherches et d’activités de soutien à la recherche (séminaires, colloques, conférences) à travers une approche interdisciplinaire et dans la perspective d’une prise en main des collectivités locales et régionales.

Découvrez leur plus récent rapport de recherche intitulé La vigne au Québec.

Dans cette publication, les géographes Majella-J. Gauthier et Réal Beauregard tracent un portrait jamais réalisé du déploiement de la culture du raisin dans le territoire québécois au cours des soixante dernières années. Les nombreuses cartes produites montrent, par saccades de dix ans, la répartition des exploitations et des hectares cultivés, et ce par divisions et subdivisions de recensement. De plus, les cartes sont couplées à une analyse géométrique du phénomène montrant à la fois une expansion territoriale et un déplacement vers le Nord.


Résumé de la publication

La place que prend la viticulture dans le paysage et l’économie du Québec est récente. Avant les années 1960, il n’y avait que des bribes éparses. Mais depuis 2000, la vigne s’est installée avec plus de vigueur. Le raisin québécois a commencé à garnir les tables et le vin à remplir les verres. Dans la présente étude, les géographes analysent la répartition spatiale des exploitations agricoles et leurs superficies sur les 60 dernières années. Ils mettent en parallèle deux notions cruciales : changement et spatialité. Ils effectuent notamment une analyse centrographique éclairante montrant la progression et l’empreinte spatiale de la vigne jusqu’en 2021 où l’on ne comptait pas moins de 300 exploitations et près de 1 000 hectares en culture. Les auteurs s’appuient sur les données du Recensement de l’agriculture du Canada pour effectuer une analyse à deux échelles : les divisions de recensement (en gros les MRC) et les subdivisions de recensement (en gros les municipalités et les villes). Il s’ensuit particulièrement cinq évidences : une augmentation du nombre d’exploitations et des superficies, une concentration et une consolidation dans les espaces en production, une diffusion spatiale élargie, un impact social diversifié et surtout, de bons contrastes spatiaux. L’étude s’adresse aux personnes qui s’intéressent à la vigne, au raisin, à sa production, à sa consommation ainsi qu’à sa transformation en vin, en alcool, en jus, en gelée, etc. Ces personnes peuvent être de simples individus, des dilettantes, des producteurs agricoles et de futurs viticulteurs, des industriels, des agents de développement

Gauthier, M-J., Beauregard, R. (2024). La vigne au Québec. GRIR


Il est possible de se procurer cette publication à partir de la boutique en ligne du GRIR, en version numérique ou papier.

Articles reliés

spot_img

Mots-clés similaires