Dimanche, 21 avril 2024
spot_img

Jean-Pierre Senneville : la soif de savoir d’un homme d’affaires

Le désir d’apprendre de Jean-Pierre Senneville est indéniable. Globe-trotteur et avide lecteur, l’homme d’affaires s’intéresse à une foule de sujets allant de la politique internationale au cinéma, en passant par la littérature. Diplômé du baccalauréat en administration, option finances, de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), en 1992, il est aujourd’hui président du groupe Bleuets sauvages du Québec. Cette entreprise familiale est le plus important fournisseur de bleuets sauvages biologiques au monde.

Natif de Saint-Félicien, Jean-Pierre Senneville était un adepte de hockey, un sport qu’il pratique d’ailleurs toujours. Au moment d’entreprendre des études supérieures, l’UQAC lui offre la possibilité de poursuivre cette discipline, tout en explorant de nouveaux horizons professionnels. Il partage alors son emploi du temps entre Chicoutimi et sa ville d’origine.

« L’objectif initial était de faire deux baccalauréats. Un premier en enseignement de l’anglais et un second en administration des affaires. Je n’étais pas trop certain de mon choix et j’essayais de mesurer la portée que ces deux formations pouvaient avoir sur mon cheminement. Après un an, c’est devenu plus clair et j’ai décidé de me consacrer au bac en administration.»

Jean-Pierre Senneville conserve un souvenir agréable des personnes qu’il a côtoyées durant son parcours académique. Il considère avoir bénéficié d’une qualité d’enseignement exemplaire de la part de l’ensemble des professeurs, notamment Claude Champagne qui connaissait les rouages de la finance de façon très approfondie et savait rendre la matière captivante.

Avec l’obtention de son diplôme, Jean-Pierre Senneville continue de s’épanouir au sein de l’entreprise familiale, groupe Bleuets sauvages du Québec, où il a occupé divers postes à travers les années. De nature curieuse et véritable touche-à-tout, il se dit privilégié de se développer aux côtés d’une équipe qu’il estime et d’évoluer dans une industrie aussi prospère que celle de la production de bleuets sauvages et boréales.

« On fait pousser des fruits. C’est la première chose qu’on fait! Nous les exportons partout dans le monde, dans plus de 35 pays. Nous sommes leaders dans le domaine. Nous avons vraiment réussi à faire notre place de façon très distincte dans l’industrie. »

Détenteur d’un MBA pour exécutif de l’Université Harvard qu’il a complété à l’aube de la quarantaine, il est persuadé que les connaissances acquises lors de son passage à l’UQAC l’ont bien préparé aux défis qui se sont présentés sur sa route.

« On fait des choses qui sortent des sentiers battus, ce qui est valorisant. Il est clair qu’en étant à la tête d’un groupe d’affaires, le bac en administration des affaires prend toute sa pertinence. Ma formation m’a grandement aidé et je me sers de bien des choses que j’ai apprises à Chicoutimi. »

Encore aujourd’hui, Jean-Pierre Senneville cultive le plaisir d’apprendre. Éventuellement, il envisage de parfaire sa maitrise de l’espagnol en retournant à temps partiel sur les bancs d’école. Il conseille à tous ceux qui ignorent dans quel domaine étudier de songer à faire l’apprentissage d’une autre langue, une corde qu’il est toujours pertinent d’ajouter à son arc.

Articles reliés

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

spot_img

Mots-clés similaires