Activités de formation

Afin de bien mener sa mission, le BPI offre des activités de formation qui visent des objectifs d’apprentissages généraux et spécifiques. Parmi ces formations, nous avons :

Formations obligatoires

FORMATIONS OBLIGATOIRES

Pour prévenir et combattre les inconduites et les violences à caractère sexuel

Le 8 décembre 2017, le gouvernement du Québec adoptait la Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur les obligeant à assurer des lieux d’études et de travail sains, sécuritaires et respectueux.

En vertu de l’art.3 de la Loi, l’Université est tenue d’organiser des activités de sensibilisation, dont des formations obligatoires pour tous les membres de la communauté universitaire.

La Politique visant à prévenir et à combattre les inconduites et les violences à caractère sexuel de l’UQAC prévoit donc une formation pour tous les membres de la communauté universitaire. Reconnaissant l’importance de la contribution de chaque personne en ce qui a trait à la prévention et à la lutte contre les violences à caractère sexuel, le Bureau de prévention et d’intervention vous invite à compléter une première formation générale intitulée « Ensemble pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel ». Cette formation d’une durée approximative de 30 à 40 minutes est constituée de 4 modules :

Module 1 : Les violences à caractère sexuel​

Module 2 : Le consentement​

Module 3 : L’intervention du témoin​

Module 4 : Soutenir les victimes

Si vous avez complété cette première formation, poursuivez vos activités de sensibilisation en complétant la formation complémentaire qui prend la forme d’une capsule vidéo intitulée « Ensemble pour contrer la banalisation des violences à caractère sexuel ». Le visionnement de cette capsule est d’environ 19 minutes.

Pour accéder à ces formations interactives, avec vos codes d’accès de l’UQAC :

Étape suivante

 

 

Formations à l’intention de groupes spécifiques

Les formations à l’intention des groupes spécifiques tiennent compte du rôle et des responsabilités plus distincts de certaines personnes plus susceptibles d’être confrontés (en tant que témoin, victime ou confident) à une situation de violence à caractère sexuel. Nous y retrouvons notamment :

  • Les personnes responsables d’une activité sociale, d’accueil ou d’intégration
  • Les personnes dirigeantes et les personnes en relation pédagogique ou d’autorité
  • Les personnes membres du réseau « Sentinelle »
Formations sur mesure

Des formations sur mesure peuvent être offertes à un groupe spécifique. Il s’agit de s’adresser au BPI afin d’évaluer les besoins et d’élaborer du contenu.

Activités de sensibilisation

Le BPI élabore, organise, met en place des mesures et réalise des activités de prévention et de sensibilisation visant à contrer le harcèlement et les Violences à caractère sexuel. Ces activités visent à augmenter les connaissances et conscientiser les membres de la communauté universitaire à adopter des comportements adéquats dans une situation donnée.

Activités d’intervention

Services d'accueil et d'accompagnement

L’accueil et l’accompagnement de la personne requérante, de la personne témoin ou de la personne informée d’une situation de harcèlement ou de violences à caractère sexuel consiste à l’accueillir, l’informer, l’outiller, la conseiller ou l’orienter en fonction des besoins et priorités exprimés, ainsi qu’à l’assister dans les processus à entreprendre afin de mettre fin à la situation.

Services de références et de soutien psychosocial

La Personne requérante peut bénéficier de mesures de soutien psychosocial au point de vue personnel, académique et organisationnel, dans le but de réduire les conséquences sur le cheminement des études et du travail, dans le respect des limites que peut exprimer la Personne requérante, et selon les contraintes, les obligations et les ressources de l’Université. La Personne requérante peut aussi être référée vers des services de soutien et d’accompagnement de l’université ou de la communauté.

Mesures d’accommodement

Au terme d’une consultation et à tout moment pendant le traitement d’un Renseignement, d’un Signalement ou d’une Plainte, la mise en place de Mesures d’accommodement peut être effectuée en conformité aux politiques, règlements et conventions collectives de l’Université.

Les Mesures d’accommodement visent à protéger les personnes concernées et à limiter les impacts sur leur cheminement académique ou professionnel, selon le cas. Les Mesures d’accommodement visent également à protéger ces dernières contre les représailles ou la menace de représailles.Les Mesures d’accommodement se concrétisent, par exemple, par le report d’examen, de travaux ou d’une activité d’évaluation, la modification de l’horaire de cours, le remboursement de frais de scolarité, la réorganisation de l’espace de travail, la prestation de travail à distance, etc.

 

Sensibilisation de la personne visée

La sensibilisation a pour objectif d’informer la personne visée des comportements, propos et attitudes qui lui sont reprochés afin de susciter une prise de conscience et de lui proposer un accompagnement, le cas échéant. Cette intervention est effectuée à la demande de la personne requérante.

Facilitation

La facilitation consiste en un processus volontaire et confidentiel permettant à la personne requérante d’informer la personne visée que des comportements, des propos et attitudes sont dérangeants. La personne Requérante peut choisir de communiquer avec la personne mise en cause directement ou indirectement, verbalement ou par écrit, avec l’aide de la ressource spécialisée du BPI.

 

Médiation / Approche de la justice réparatrice

Ces démarches demandent que la personne visée reconnaisse les actes reprochés et sa responsabilité, et qu’elle accepte des mesures de conciliation ou de réparation. La Personne requérante peut demander à entrer en contact avec la personne visée directement ou indirectement, verbalement ou par écrit. Si un engagement découle de ces processus, il sera formalisé dans le cadre d’un document écrit. Ces processus ne visent pas à se substituer à, ou à entraver un quelconque recours en vertu du Code criminel.

Intervention dans le milieu

L’intervention dans le milieu peut prendre la forme d’une activité de formation ou de sensibilisation pour un groupe ou une unité. Aussi, le BPI conseille les personnes en relation pédagogique ou d’autorité pour les soutenir dans le maintien d’un milieu d’études et de travail exempt de harcèlement et de Violences à caractère sexuel.

Accueil et suivi des plaintes formelles

L’accueil et le suivi d’une plainte formelle consiste à recevoir, compléter la cueillette de données et évaluer, en collaboration avec le secrétariat général de l’UQAC, la recevabilité de cette plainte. Lorsque recevable, l’enquête pourra être effectuée par un enquêteur externe ou le secrétariat général. Le BPI assure le suivi.