Jeudi, 20 juin 2024
spot_img

Enrichir la formation universitaire en orthopédagogie grâce à la ludicisation des apprentissages, le projet de Marie-Pierre Baron

Marie-Pierre Baron, professeure au Département des sciences de l’éducation (DSE) et directrice de la Clinique universitaire en orthopédagogie de l’UQAC, détient une expertise en intervention psychopédagogique auprès des jeunes. Dans le cadre de ces recherches, elle s’intéresse notamment à l’influence des différents déterminants sur le parcours scolaire et sur le soutien psychopédagogique à la réussite des élèves vivant avec des difficultés d’adaptation et d’apprentissage.

Lors d’une visite d’une orthopédagogue qui avait lieu pendant une séance du cours Clinique en orthopédagogie III, Marie-Pierre Baron et sa collègue, la professeure Élisabeth Boily, ont réalisé que les compétences de gestion liées aux services orthopédagogiques sont peu mises en exercice au cours de la formation initiale de leurs étudiantes et étudiants. En effet, ces aptitudes peuvent s’avérer complexes à développer chez les futures et futurs orthopédagogues selon la Pre Baron, car leur caractère très concret et ancré dans la pratique de la profession est difficile à reproduire en classe.

Soutenue par la 1re édition du Fonds de pédagogie de l’UQAC, la professeure travaille actuellement sur un projet ayant pour objectif de répondre à cette problématique par la ludicisation des apprentissages. Selon Marie-Pierre Baron, cette méthode d’enseignement novatrice représente un grand potentiel pour favoriser le développement des compétences de gestion essentielles à la pratique de l’orthopédagogie.

La ludicisation des apprentissages

La ludicisation, qui consiste à utiliser des mécanismes de jeu pour encourager l’apprentissage et le développement de compétences, apparaît comme une solution prometteuse pour enrichir la formation universitaire des étudiantes et des étudiants en orthopédagogie. Dans le cadre de son projet, Marie-Pierre Baron cherche à mettre à profit cette approche en élaborant un univers narratif basé sur un milieu scolaire fictif et dans lequel différentes missions (création d’un horaire en orthopédagogie, priorisation des cibles d’intervention, participation à une prise de décision concernant un cas d’élève, etc.) seraient lancées aux personnes étudiantes.

En plus de contribuer à l’augmentation de la motivation et de l’engagement des étudiantes et des étudiants, la mise en place de ces scénarios ludiques en classe pourra susciter des pratiques collaboratives de haut niveau au sein d’une cohorte.

« Le développement de compétences spécifiques à l’orthopédagogie lors de la formation initiale, notamment celles en gestion, permettra de faciliter l’insertion professionnelle des futures et futurs orthopédagogues et développer un sentiment d’appartenance envers la profession », ajoute la Pre Baron.

Deux étudiantes de maîtrise impliquées activement dans le projet

Ce projet intitulé « Ludicisation des cours associés à la Clinique universitaire d’orthopédagogie » sera réalisé de pair avec Émilie Desjardins, étudiante à la maîtrise en éducation. Cette dernière aura l’opportunité de participer à une formation de Cadre 21 portant sur la ludicisation des apprentissages et à des rencontres d’accompagnement avec une spécialiste en design pédagogique. À partir des connaissances qu’elle aura acquises, Émilie participera activement au développement de l’univers narratif et aux éléments de ludicisation qui y seront insérés.

Caroline Martel, aussi étudiante à la maîtrise en éducation, sera également impliquée dans le projet. Grâce à sa connaissance accrue du milieu de pratique, elle sera en mesure de fournir des pistes d’inspiration pour la création de l’univers narratif et de mettre à l’essai certains éléments de ludicisation. Par ailleurs, l’expertise développée par ces deux étudiantes au cours de la réalisation du projet pourra leur être utile dans leur carrière, ainsi que dans de futures charges de cours universitaires.

 

À titre de récipiendaire du Fonds de la pédagogie universitaire de l’UQAC, la professeure bénéficie d’un soutien financier à l’embauche de personnes étudiantes pour la réalisation de son projet ainsi que d’un accompagnement personnalisé de l’équipe pédagogique du Carrefour de l’enseignement et de l’apprentissage.

 

Articles reliés

spot_img

Mots-clés similaires